Cercle celtique de Rennes : Astour revisite la culture bretonne

astour-1 - Illustration Cercle celtique de Rennes : Astour revisite la culture bretonne
Dans ses créations, Astour allie culture traditionnelle et modernité. L’un des objectifs de la compagnie est la transmission du patrimoine culturel immatériel breton : danse, musique et oralité.

« Il est passé par ici, dix fileurs de laine… Le premier qui passera, file file filera. Le premier qui passera, filera ma laine. » Les voix résonnent dans la salle de répétition de la Ferme de la Harpe à Rennes (35). En se tenant par les petits doigts, les danseurs exécutent un « rond de Saint-Vincent », typique de Haute-Bretagne. « Il faut du collectif dans les bras… On doit avoir l’impression d’un corps complet au travail », conseille Hervé Lambrecht, qui s’occupe de la partie artistique de la compagnie Astour – « maintenant » en gallo.

astour-2

La troupe entame ensuite une « Ridée de Guillac ». Les pieds font de petits trots, en souplesse. Les regards se croisent, certains visages sourient, d’autres affichent une grande concentration. « On garde bien sa place, on ne resserre pas la ronde… », continue Hervé Lambrecht. Suit une Guédenne d’Erquy. Au fil des danses, les corps et l’atmosphère se réchauffent. Les filles sont en chaussures noires à talons. « On s’habitue à danser avec », précisent-elles.

Raconter sa Bretagne

Tous les vendredis soir, plus 7 à 8 week-ends par an, la compagnie Astour se réunit pour répéter. Ces danses de base vont être intégrées dans une mise en scène qui raconte un pan de la culture bretonne. « Cette année, nous avons choisi l’intégration générationnelle. » La prestation sera présentée au Championnat de danse de Kendalc’h, confédération des associations d’arts et traditions populaires de Bretagne.

Le Cercle celtique de Rennes organise de nombreuses rencontres interculturelles. Le Cercle celtique de Rennes organise de nombreuses rencontres interculturelles.

« Nous participons depuis deux ans à cette évaluation. Cela nous permet de progresser », précise Florence Riot, présidente d’Astour. L’association lancée en 2008 est composée d’une trentaine de passionnés de culture bretonne : danseurs, musiciens, personnes participant à l’élaboration des costumes, au montage matériel… « Nous souhaitons prendre part à la valorisation et à la transmission de la culture populaire bretonne. Nos créations, qui s’inspirent des danses, des musiques, des chants et costumes traditionnels, se veulent modernes et dynamiques », ajoute Philippe Ramel, président du Cercle celtique de Rennes qui héberge la compagnie Astour.

« Nous portons des costumes traditionnels ou plus modernes. Pour nos représentations, des costumes de 1920 ont été reproduits à l’identique, avec les mêmes matières qu’à l’époque, à partir d’un modèle existant. Mais nous avons aussi des costumes contemporains décorés de broderies », souligne Florence Riot.

Représentation en costume traditionnel. Représentation en costume traditionnel.

Aller à la rencontre des autres

Astour est aussi un outil de communication vers l’extérieur. Plusieurs spectacles ont été créés par la troupe qui se déplace au gré des demandes sur le pays rennais. « À la première auberge » permet au travers de saynètes de sensibiliser les gens à la culture bretonne en les faisant participer. « Bamboche » est un spectacle sur scène, mêlant tradition et contemporain. En cours de création, « Sur la terre d’en haut » mêle conte, danse et musique. L’histoire de marins attirés sous la terre par une jolie petite biche…

« Nous organisons aussi des rencontres interculturelles, sur Rennes ou ailleurs en Europe. La culture bretonne a toujours été ouverte aux autres, grâce notamment aux échanges maritimes… », spécifie Philippe Ramel. « En Sardaigne, nous avons vu des danses « communautaires » ressemblant à nos danses bretonnes, mais avec des particularités. D’ailleurs, au sein même de la Bretagne, il existe de nombreux éléments de différenciation entre les territoires… »

Rencontre culturelle au festival Sevenadur

Sevenadur, qui signifie « culture » en breton, se tiendra du 22/02 au 5/03 sur le pays rennais, regroupant plus de 30 structures de Bretagne et d’ailleurs. Musiques, danses, stages de broderie, découverte du breton et du gallo… les animations sont nombreuses, en particulier pour les enfants et les adolescents.

Astour sera présent tout au long du festival en participant à la balade chantée et en proposant une soirée « cabaret du monde » avec des Japonais, des Guinéens et des Roumains, ainsi qu’un « Bal Trad Nomade », invitation au voyage interculturel entre le Brésil, l’Irlande, l’Europe de l’Est et la France, en plein cœur de Rennes. Le dimanche 5 mars, le Cercle Celtique clôturera le festival à la Halle Martenot. Au programme : métissage musical entre le Bagad Roazhon et Mosaïque Bretagne Maroc, musique irlandaise, chants d’enfants, forum des associations… « En favorisant les rencontres entre la culture bretonne et les autres cultures, Sevenadur contribue à favoriser le vivre-ensemble », déclarent les responsables. Plus d’infos : www.sevenadur.org

Contact : Ferme de la Harpe, Rennes Villejean au 02 99 54 36 45.


Tags :
Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article