MorbihanPolitique et Syndicalisme

Un pied dans le monde du travail au lycée Saint-Yves

L’innovation pédagogique au lycée de Gourin (56) tient à la professionnalisation des parcours de formation. Tous les élèves, de la 4e au bac pro, ont un contact régulier avec l’entreprise.

Trois ou quatre jours en classe et un ou deux jours en entreprise. C’est le régime hebdomadaire auquel sont soumis les élèves de 4e et de 3e du lycée Saint-Yves, à Gourin. Une spécificité de l’établissement qui entend concilier enseignement général et connaissance du monde du travail. « Les élèves, parfois fâchés avec l’enseignement général, apprécient le contact avec l’entreprise », indique René Briand, responsable filière. « C’est une préparation à l’apprentissage ». Après la 3e, le lycée propose deux Bac pro agricoles : agro-équipement et conduite et gestion des exploitations agricoles (CGEA). La cinquantaine d’élèves qui suivent ces formations sont apprentis dans des ETA, des Cuma ou des exploitations agricoles. Une vingtaine de semaines de formation au lycée et 27 semaines en entreprise. Cinq semaines de vacances quand même, pour ces jeunes salariés qui apprécient aussi la rémunération en fin de mois.

Suède, Irlande, Pays-Bas

Tous les élèves qui intègrent la formation trouvent un maître de stage grâce à l’accompagnement des formateurs et au réseau du lycée. « Pendant le Bac pro, ils suivent également des formations professionnelles qui peuvent leur ouvrir des portes à la sortie comme le Caces (Certificat d’aptitude à la conduite en sécurité) pour la conduite d’engins de manutention ou le permis poids lourd. La formation valide le Certiphyto ». Ils bénéficient également d’une ouverture à l’international. « Les élèves ont une période de stage obligatoire à l’étranger d’une à deux semaines entre la 1re et la terminale ». Des partenariats existent avec des établissements en Suède, en Irlande ou aux Pays-Bas. Les échanges sont nombreux. « Nous recevons aussi des stagiaires suédois et, à certaines occasions, les maîtres de stage qui accueillent nos élèves à l’étranger ». À noter également que le parcours menant à l’obtention du bac pro peut être personnalisé en fonction des aptitudes de l’élève. « Un titulaire du Bac S peut obtenir son Bac pro en un an, par exemple. 10 % des élèves suivent un parcours individualisé ».

Le lycée Saint-Yves propose également un bac pro Service à la personne et au territoire qui prépare les élèves aux formations de santé tels qu’aide-soignant(e) ou infirmier(ère). Là aussi, un stage de deux semaines à l’étranger est obligatoire. « C’est une bonne ouverture. Un séjour en Roumanie, par exemple, leur permet de relativiser et de prendre du recul par rapport à ce qu’ils vivent. C’est aussi un petit plus sur leur curriculum vitae pour intégrer une formation future ».

Une section européenne

Le Bac pro bénéficie de la mention classe européenne. La géographie est enseignée en anglais. Un module « culture bretonne » est proposé. Le lycée, pour des raisons historiques, possède une cuisine pédagogique avec 16 postes de travail. Idéal pour apprendre à faire des crêpes, en apprenant les bases de la langue bretonne. « Quelle que soit la formation suivie au lycée Saint-Yves, les élèves, à la sortie, ne restent jamais sans solution ». Certains poursuivent en BTS ou en CS (Certificat de spécialisation). Beaucoup d’élèves choisissent le monde du travail, forts de leurs deux années d’apprentissage et de leur expérience de terrain. Bernard Laurent

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer