Productions Agricoles

Un label français pour les prairies multi-espèces

Il est beaucoup plus facile de choisir une variété pure qu’un mélange de semences, car chaque espèce a un rôle précis à jouer sur la productivité, la qualité ou le vieillissement de la prairie.

« Si les ventes de mélanges prairiaux ont démarré en 2004,  elles représentent aujourd’hui plus de 20 % du marché », présente Michel Straebler, trésorier de l’AFPS (association française pour la production fourragère). Et face à cet engouement et à la diversité des produits proposés, difficile de s’y retrouver…

Des variétés de qualité adaptées à nos conditions

Aussi, après la diffusion du guide des préconisations agronomiques pour les prairies multi-espèces et herbe-book, le référentiel français pour les variétés fourragères, l’AFPF a voulu consolider l’expertise des instituts techniques français dans ce domaine. Elle vient de lancer une marque collective « France prairie ».

Ce nouveau label repose sur ce 1er guide de préconisations agronomiques : chaque mélange labellisé « France Prairie » est donc adapté à un type de sol, au mode d’exploitation et à l’aptitude de chaque espèce « à vivre en société ».  « Pour faire un bon mélange, il faut des bonnes variétés », rappelle Michel Straebler. Aussi, ces variétés retenues représentent 45 % du catalogue français ou 11 % du catalogue européen. Le mélange respecte aussi d’autres notions techniques (comme la densité maximale de 30 kg au semis, un nombre limité à 6 espèces dans le mélange…). La composition de ces mélanges, affichée dorénavant sur les sacs de semences, sera vérifiée par l’AFPF par rapprochement avec le service officiel de contrôle et de certification des semences (SOC).

Sept semenciers se sont engagés à ce jour auprès de l’AFPF et de ses adhérents dans cette démarche et proposent 22 mélanges de semences pour prairies. Carole David

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer