Productions Agricoles

Mammites : désinfecter pour enrayer la contamination

 Depuis un an, à Saint Potan (22), Sylvie et Bertrand Pansart ont instauré un protocole d’hygiène de traite drastique pour limiter la contamination entre les vaches. Explications.

« Quand nous détections une mammite sur une vache, on pouvait être sûr que d’autres seraient positives par la suite », se souviennent Sylvie et Bertrand Pansart. Ils sont conscients que la salle de traite et son matériel sont des sources importantes de contamination. Mousse désinfectante, lavettes, papier… Pour pallier le problème, les éleveurs testent plusieurs solutions afin d’améliorer l’hygiène de la traite. En décembre 2013, sur les conseils de leur technicien en produits d’élevage, Stéphane Le Boulanger, ils complètent leur matériel d’hygiène par deux systèmes de désinfection : le Quick Spray System et le Perfo Dose.

Un automate sécurisant

Chez Sylvie et Bertrand, la rigueur est de mise dès l’entrée des animaux en salle de traite. Cela commence par le nettoyage systématique des pattes et jarrets de chaque vache. « Nous trayons par l’arrière. Ce système est très sécurisant mais il faut passer entre les pattes des vaches. Et si elles sont sales, ce n’est ni agréable pour le trayeur, ni très propre pour le lait ». Toutes les mamelles sont essuyées au papier avant de tirer les premiers jets. Puis, le trayeur utilise le Quick Spray System pour désinfecter la mamelle et les trayons. « Il s’agit d’un automate qui utilise le vide de la machine à traire pour pulvériser une solution désinfectante enrichie de substances hydratantes et émollientes. Le produit peut être utilisé en pré et post-trempage. Attention, pour être efficace, il faut respecter un temps de réaction d’au moins 30 secondes », avertit Stéphane. L’automate est relié à un pistolet qui, contrairement à un gobelet trayeur, n’est pas en contact avec la mamelle pour garantir une parfaite biosécurité. Avant de brancher la vache, sa mamelle est essuyée avec une lavette en microfibres pour optimiser son nettoyage. « Il y a une lavette par vache et je les lave en machine à laver après chaque traite », insiste Sylvie. « Ce type de lingette est facile à essorer et très efficace pour le nettoyage ».

Désinfection des manchons

Quand la griffe se débranche, le trayeur la nettoie à l’aide d’un automate spécifique pour la désinfection des manchons trayeurs, le Perfo Dose. Branché sur le réseau d’eau froide et relié à une pompe doseuse, le Perfo Dose pulvérise le désinfectant directement dans les manchons. Là encore, le produit doit agir une minute : « Nous l’appliquons directement au décrochage pour que le produit ait le temps d’agir avant l’arrivée de la prochaine vache ». Enfin, pour éviter toute entrée de germes dans le trayon en fin de traite, les éleveurs utilisent deux solutions de trempage distinctes. Le Golden Mix est utilisé le soir car, à base de dioxyde de chlore, il forme une puissante barrière anti-bactérienne. Le matin, les éleveurs lui préfèrent le HM Vir Film : « Avec la distribution de maïs, les vaches ne se couchent pas de suite sur l’aire paillée. On peut alors privilégier un produit moins agressif et qui nourrit la surface du trayon », précise Bertrand.

Fini les queues sales !

Bertrand et Sylvie ont une petite astuce qui leur facilite la vie : ils tondent les queues et brûlent les poils de mamelles : « C’est plus facile à nettoyer et les queues salissent moins le matériel… et les trayeurs. L’hygiène de la traite passe aussi par l’hygiène de la vache ».

1 500 € d’économie

Si Bertrand et Sylvie se sont beaucoup investis dans leur protocole de traite, leurs efforts sont amplement récompensés. En un an, les résultats en démontrent l’efficacité. « L’année dernière, nous avons eu quelques pénalités. Aujourd’hui, en plein hiver, le taux cellulaire moyen est de 140 000 cellules. Une de nos vaches qui stagnait à 3 millions l’année dernière est même redescendue à 300 000 ». Entre la réduction des traitements vétérinaires et celle des pertes de vente de lait, 1 500 € d’économies ont été réalisées en 6 mois. « Et la traite n’est pas plus longue. Au contraire, c’est un plaisir de laisser les pots à lait dans la laiterie ! ». Cependant, les éleveurs insistent sur le fait qu’il faut du temps pour obtenir ces performances. Elles sont d’ailleurs le résultat d’un ensemble de mesures telles que la propreté du couchage, le port de gants ou la propreté des vaches. « Les performances de production ne doivent pas empiéter sur la qualité du lait que nous produisons. N’oublions pas qu’il s’agit d’un produit alimentaire que nous consommons nous aussi. Actuellement, si nous avons toujours quelques mammites, nous les contrôlons beaucoup mieux et surtout nous limitons la contamination aux autres vaches du troupeau » concluent les éleveurs.

Pour plus de renseignements : les techniciens conseil en produits d’élevage Triskalia

  • Ouest 22 : Alexis Le Bournault – 06 76 10 65 94
  • Ouest 22 : Yohann Le Henaff – 06 80 99 98 88
  • Est 22 : Stéphane Le Boulanger – 06 80 99 98 90
  • Est 22 : Gilbert Turpin – 06 63 37 18 26
  • Ille et Vilaine : Vincent Chiquet – 06 22 17 27 22
  • Morbihan : François Quelleux – 06 82 82 39 06
  • Morbihan : Alain Bily – 06 63 34 42 61
  • Sud 29 : Roger Le Dez – 06 71 21 01 85
  • Nord 29 : Aline Audran – 06 77 28 03 54
  • Centre Bretagne : Ronan Del Colle – 06 85 03 90 96
Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer