Productions Agricoles

L’année herbagère se prolonge

Jérôme Loisel, éleveur de vaches allaitantes, vise l’autonomie. Il profite de la bonne année fourragère pour conforter ses stocks. Ses choix de conduite lui permettent aussi de mieux résister aux aléas économiques.

Chez Jérôme Oizel, au Fœil (22), le lot principal de 30 vaches allaitantes  va finir son 3e tour de pâturage vers le 13 septembre. « Elles n’auront pâturé que 10,3 ha sur les 13,5 ha, car je vais couper finalement 3,2 ha ».  En fait, l’herbe continue de pousser et les vaches doivent aussi pâturer 1,30 ha d’un mélange colza et RGI, avant d’attaquer le 4e tour de pâturage. « Le colza permet de combler un éventuel manque de pâturage début septembre, avant le retour de l’herbe d’automne. J’ai semé le 10 juillet 4 kg de colza avec 15 kg de RGI après un méteil. J’aurai 10 jours de pâturage (au fil avant) sur cette  parcelle en pâturage ». Jérôme Oizel a en effet bâti un système pour faire face aux aléas climatiques et économiques.

Deux cultures par an : méteil et colza

Si l’herbe constitue la base du système (45 ha sur les 65 ha de SAU), il cultive également 8 ha de maïs ensilage et 4,5 ha de méteil. « Même en année sèche, un méteil produit 10 tonnes de matière sèche par hectare. Je le coupe au stade fin floraison, pour avoir un fourrage moins encombrant. Le méteil libère tôt la terre et permet de semer une dérobée : du colza pour les parcelles accessibles au pâturage et du sorgho fourrager, essayé cette année pour la première fois, pour les parcelles éloignées ». Il cultive également  7 ha de céréales et 1,7 ha de betteraves.

L’assolement diversifié permet d’avoir une ration économe : 1/3 de méteil pour 2/3 de maïs dans la ration des bêtes à l’engrais permet d’apporter de la fibre et de réduire la complémentation azotée à 1,8 kg de tourteau de colza. La ration est complétée d’1 kg de MS de betteraves : « Une ration diversifiée est aussi favorable à la santé animale et je peux faire l’impasse sur l’apport de vitamines et minéraux. Je produis 30 t des céréales distribuées aux taurillons, aux vaches en finition et aux génisses. J’achète en tout et pour tout 20 t de tourteau de colza par an pour engraisser une soixantaine de bêtes ». Pour les 120 UGB, il faut environ produire 600 bottes entre foin et enrubannage.  « J’ai 460 bottes de foin et 240 d’enrubannage, soit 700 bottes. Une année comme celle-ci permet de reconstituer les stocks, qui me serviront dans une année moins favorable à la pousse. »

La ferme

  • 1 UTH
  • 66 ha de SAU
  • 60 vaches allaitantes et la suite, Charolaises, Blondes d’Aquitaine et Salers
  • 45 ha d’herbe
  • 8 ha de maïs
  • 1,7 ha de betteraves
  • 4,5 ha de méteil
  • 6,5 ha de céréales (triticale, blé, orge)
  • 120 UGB
  • 1,8 UGB / ha de SFP
  • 380 jours d’intervalle vêlage-vêlage
  • 1,07 veau par vache et par an
  • 1 147 € de marge brute par vache (moyenne CER 2013 : 1 017 €)

Prolonger le pâturage jusqu’en novembre

« L’objectif est de ne pas en consommer avant début novembre en prolongeant le pâturage. Même dans les bonnes années, il ne  faut surtout pas garder trop de bêtes. La mesure agro-environnementale SFEI (système fourrager économe en intrants) me limite de toute façon à 140 U N/ha de SAU et techniquement cela me convient bien. »

La conduite d’élevage sécurise aussi le système : 1/3 des vêlages ont lieu à l’automne (septembre-octobre), les 2/3 au printemps (février-mars).  Toute la reproduction est en monte naturelle, avec deux taureaux charolais et un Blond d’Aquitaine. Les mâles (30 à 35 par an) sont sevrés à 8 mois et engraissés pendant 12 mois. « L’objectif est d’atteindre un poids de carcasse de 450 kg, avec une ration assez économe. Intensifier la ration n’est pas une priorité : je préfère garder les taurillons un peu plus longtemps et limiter les problèmes métaboliques ». Quinze à 18 vaches et une dizaine de génisses sont aussi finies par an : « J’ai 56 places d’engraissement qui suffisent du fait de l’étalement des vêlages. J’assure ainsi des rentrées financières tous les 2-3 mois ».

Après 8 ans d’installation, ses résultats économiques sont satisfaisants : l’EBE par vache dépasse 1 000 € (moyenne CER 2013 : 882 €). La baisse des aides crée cependant des incertitudes sur les élevages allaitants. « Je n’envisage pas du tout d’intensifier davantage. Pour moi la solution réside dans un système économe ». Cedapa : 02 96 74 75 50

L’avis de :

Alain Normant, à Mahalon (29) en zone intermédiaire

J’ai fauché cette semaine 8 ha : 3 ha de mélange et 5 ha de luzerne. La 3e coupe de luzerne a été faite un peu tardivement mais donnera quand même un bon foin. Au niveau du pâturage, les vaches ont passé un été sans consommer de stocks, excepté 1 kg MS de foin/jour. Ça fera presque six mois qu’elles ont de l’herbe en plat unique, représentant un coût alimentaire de 10 €/ 1 000 L (Contrôle Laitier). Les vaches pâturent de l’herbe ayant un intervalle de repousse de 40 à 50 jours, permettant au lait de se maintenir à 14 L / VL (TP : 36,1 et TB : 47,9). J’ai implanté deux nouvelles prairies dont de la luzerne et du plantain, sous couvert d’avoine. Civam 29 : 02 98 81 43 94

Marcel Tuaux, à Montours (35) en zone Humide

Les vaches laitières produisent en ce moment 17 kg de lait au pâturage (40,7 TB, et 33,2 TP). Je compte ouvrir mon silo de maïs vers la mi-septembre. Même si l’herbe est toujours présente, je préfère allonger la durée du pâturage avec 3 ou 4 kg de maïs à l’auge. J’équilibre de cette manière la ration où l’herbe est actuellement riche en azote par la présence du trèfle. La pluviométrie ce cet été (250 mm juillet/août) a permis une pousse d’herbe régulière. J’ai semé en début de semaine une prairie après céréale. J’introduis pour tester dorénavant au RGA-TB de la fétuque, fléole, dactyle et trèfle violet. Je cherche par ce biais à diversifier mes compositions de prairie. Adage 35 : 02 99 77 09 56

Jean-François Orain, à Saint-Malo-des-Trois-Fontaines (56) en zone séchante

Les pluies d’août ont apporté 90 mm d’eau et favorisé la pousse d’herbe. Mais la chaleur revenue et les jours plus courts vont freiner la repousse. Je déciderai quand faucher les parcelles prévues mais pas avant 8 jours. Je trais 45 VL qui produisent en moyenne 17L/j (TP 34,5 – TB 40). La durée moyenne de lactation par vache a augmenté. J’ai remis un peu de concentrés, 660 g/j/VL, pour maintenir le niveau de production ; ça a aussi fait monter le TP. J’ai pensé vendre des génisses à l’automne mais j’attends de faire le point selon la production déjà réalisée car je souhaite faire mon quota. Un mélange radis-colza a été semé. Il pourrait servir à l’alimentation des vaches si besoin. Civam AD 56 : 07 85 26 03 02

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer