Découvertes

À Plœuc, la patate en grande pompe

À Plœuc-sur-Lié (22), la pomme de terre, c’est presque une religion. Au point que tous les trois ans, la commune se métamorphose pour fêter en grande pompe le fameux tubercule.

« La pomme de terre, c’est l’identité même de Plœuc-sur-Lié », lance fièrement Thibaut Guignard, surnommé « le maire de la patate » auprès de l’Association des maires de France. « Elle est l’ambassadrice, inattendue mais reconnue, de notre commune. » Les spécialistes locaux expliquent que le secteur est particulièrement propice à la culture de ce tubercule : « protégée par la forêt de Lorge, une bonne terre à patates et un climat frais qui limite pucerons et virus. »  Pas étonnant donc que cette commune de 3 300 habitants située à 30 km au sud de Saint-Brieuc concentre la moitié des producteurs de pomme de terre des Côtes d’Armor. Ces derniers cultivent une trentaine de variétés, dont la plus célèbre reste la BF15, « la fille du pays, née et développée ici » et inscrite au catalogue officiel en 1947.

Une association pour identifier Ploeuc à la pomme de terre

Et dans ce terreau fertile, les Plœucois ont voulu exploiter ce patrimoine. « Au point qu’en 1998, des habitants de la commune ont créé l’association la Belle du Lié avec l’objectif de mettre en valeur la pomme de terre qui a fait la richesse de cette commune », racontent les co-présidents Carole Hiquel et Pascal Allo. Cette idée folle a donné naissance à « La Pomme de terre en fête », un week-end festif et culturel mettant à l’honneur toute la richesse de cette espèce végétale. Le rendez-vous, « le plus important en France parmi ceux dédiés à la pomme de terre », a lieu tous les trois ans. Samedi 13 et dimanche 14 septembre prochains, il fêtera d’ailleurs sa 6e édition. Un événement joyeux, pour lequel agriculteurs, commerçants, municipalité et habitants, 600 bénévoles au total, sont sur le pont. En 2011, la fête avait rassemblé 30 000 visiteurs.  « Car autour de ce produit qui paraît commun, il y a en fait une grande richesse, énormément de choses à développer », explique Thibaut Guignard.

Concours d’épluchage et « ramasseries à l’ancienne »

Le programme concocté pas les organisateurs le prouve avec un kilomètre d’animations pour aller de la place centrale du bourg jusqu’au champ. Le public pourra par exemple faire ses courses à l’occasion de la grande vente de pommes de terre locales « reconnues pour leur qualité gustative et de conservation. », tout savoir sur sa culture (histoire, variétés, évolution de l’approche culturale, triage…), approfondir ses connaissances botaniques sur la fameuse famille des Solanacées, participer à un concours d’épluchage… Ou encore « assister au plus grand rassemblement français de tracteurs anciens avec 250 modèles et une vente aux enchères le samedi. » Admirer l’exposition « Les patates » et rencontrer le peintre Michel Delvaux (cf. Paysan Breton du 18 juillet 2014, p. 20) à la Médiathèque Louis Guilloux (5 au 25 septembre). Et une fois rendu à la parcelle, suivre des démonstrations de travail du sol, d’arrachage ou de calibrage et participer à des « ramasseries » à l’ancienne…

Bien sûr, les gourmands pourront se régaler : « En dégustant une Bière à la patate de la brasserie de Launay vendue pour l’occasion, ou une « Belle du Lié », confiserie locale à base d’amande, de praliné et de chocolat… », propose Eliane Leleu, responsable du pôle Gastronomie. « Sans oublier la collaboration avec la Cité des goûts et des saveurs de Ploufragan pour mettre en valeur nos tubercules. Ou, les démonstrations du chef étoilé Christophe Le Fur de l’Auberge Grand’Maison à Mûr-de-Bretagne accompagné du chef guadeloupéen Joël Kichenin puisque l’Outre-mer est invitée d’honneur de l’édition. » À ce titre, côté nouveautés, retenons le « bar à jus de fruits »  (pomme, canne à sucre…) qui proposera également accras samosas, « ainsi que l’édition d’un livre de recettes de la Réunion, de la Guadeloupe et de chez nous. »

La Pomter Marroner, petite dernière du Conservatoire

Le conservatoire de pommes de terre a accueilli une nouvelle variété : les Ploeucois Eliane Le Leu et Thibaut Guignard sont allés sur l’île de la Réunion rencontrer François Tibère. Ce passionné de botanique a retrouvé dans le cirque de Mafate cette variété ancienne. Ce sont en fait des « Marrons », hommes partis se réfugier dans les hauteurs pour fuir l’esclavage, qui avaient emporté des tubercules pour survivre. La souche s’est ensuite développée par elle-même dans la nature jusqu’à sa récente redécouverte. François Tibère, qui l’a nommé « Pomter Marroner », a confié quelques tubercules aux bretons pour qu’ils régénèrent et sauvent cette variété « à la chair blanche et aux yeux rouges. » Cette variété inconnue et en cours d’identification sera présente lors de la présentation du Conservatoire.

Depuis 2010, un conservatoire de variétés anciennes

Enfin, la Pomme de terre en fête est aussi l’occasion de mettre en lumière le travail majeur de conservation des variétés anciennes mené par l’association. « Bleue d’Auvergne, de la Manche, de Suède ou de Montréal, Fin de siècle, Irlandaise, Oblongue d’Oléron, Belle de Lorraine, Rose de Montagne, Rouge de Jersey… » égraine, entre poésie et invitation au voyage, Joseph Girard en charge du pool variétés de la Belle du Lié, témoignant de la richesse et de l’universalité de la patate. « Créé en 2010, notre conservatoire répertorie aujourd’hui 115 cultivars. Tous les ans, nous nous déplaçons pour récupérer de nouvelles variétés, y compris à l’étranger. Idéalement on revient avec 5 tubercules pour pouvoir les multiplier, mais parfois nous n’en obtenons qu’un seul… Certaines variétés viennent ainsi du Tibet, de Pologne, de Roumanie grâce à la coopération. Quelques-unes ne sont même pas encore identifiées. »

Ainsi chaque année, les membres de l’asso se réunissent pour mettre les plants en terre au printemps puis pour ramasser les tubercules à la fin de l’été. « Un joli petit trésor montré au public tous les trois ans » faisant prendre conscience de la diversité d’aspects que peut prendre une même espèce : « feuillage, fleurs, couleur du tubercule, teinte de la chair, forme, précocité… » À la Fête de la pomme de terre de Plœuc, au cœur d’un terroir réputé pour sa production de semences, il y en aura donc pour tous les goûts. Alors promis, « tout, tout, tout, vous saurez tout sur la patate… » Toma Dagorn

Programme en ligne :

Le détail du programme, très dense, de la Fête, du vendredi 12 au dimanche 14 septembre, est à retrouver sur www.belledulie.fr avec notamment la liste des animations et des nombreux concerts de musiques celtiques, folkloriques et créoles.

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer