Productions Agricoles

Produire plus de lait sans acheter de vache

Dans le Finistère, Dominique Morvan produit du lait et des pommes de terre. Bien occupé par la sélection végétale, il compte sur ses conseillers pour trouver des solutions « simples, efficaces et économiques » pour atteindre les objectifs qu’il fixe.

Dominique Morvan de l’EARL de Kergleuz à Guipavas (29) se rappelle des premiers échanges avec le service nutrition de sa coopérative : « La première chose qu’il m’a demandé a été de mettre un système de pesée sur le godet desileur. Depuis, cet investissement a été largement rentabilisé : l’outil nous a permis de faire de vraies économies en maïs ensilage. Avant, la distribution se faisait au pifomètre. » Un bon point pour cet éleveur dont l’objectif affiché est de « se donner les moyens de faire du lait à partir des fourrages, grâce à un système où la répartition s’équilibre aujourd’hui à 55 % de maïs pour 45 % de prairies. Il serait utopique de croire qu’il est possible de faire du lait tout à l’herbe sur notre zone côtière séchante, pense-t-il. De toute manière, j’ai besoin que toutes les surfaces entrent dans la rotation, les pommes de terre occupant 95 des 180 ha. »

L’exploitation

  • 4 UTH (dont 3 salariés)
  • 180 ha : 95 en plants de pomme de terre de sélection, 27 ha d’herbe, 34 ha de maïs, 10 ha de blé, 10 ha d’orge…
  • 90 laitières
  • 8790 kg, moyenne d’étable sur 3 ans
  • 41,15 de TB / 32,34 de TP (laiterie)
  • 1 196 kg de concentré/VL/an (140 g / L de lait)
  • 1,86 UGB / ha de SFP
  • 15,44 kg de lait / jour de vie
  • 2,03 IA / fécondation (sur 3 ans)

« L’efficacité alimentaire est bon critère d’alerte »

D’ailleurs, l’optimisation de la surface a fait partie des premières évolutions proposées par le conseiller. « Nos calculs montraient qu’en diminuant un peu la surface en herbe, il était possible de gagner de l’indice de consommation, de l’efficacité alimentaire, tout en libérant du terrain pour les cultures. C’est ainsi que nous avons démarré à 5 500 L de lait par vache produits par les fourrages pour se situer aujourd’hui, 5 ans plus tard à 7 000 L. » À confronter au niveau d’étable moyen de 8 800 L sur les trois dernières années.

Pour Dominique Morvan aussi, ces choix semblent payants : « Le mieux pour évaluer ses propres résultats est de les rapprocher de ceux des exploitations environnantes. On sort 16 % de lait en plus que la moyenne des exploitations du secteur, soit 9 000 L / ha de SFP, aliments compris. » Sur 2013, l’intervalle vêlage-vêlage sur l’exploitation est de 400 jours, inférieur à la moyenne locale de 430. Tout comme le taux de renouvellement : « 26 % chez nous contre 38 % dans le secteur. » Autres preuves de la bonne conduite actuelle du troupeau.

Les colliers des vaches suivent de près la rumination

« Depuis janvier, toutes les vaches portent un collier SCR. Ce système commercialisé par Evolution mesure les déplacements des animaux facilitant notamment la détection des chaleurs. Il enregistre également les variations de la rumination ce qui permet une alerte précoce en cas de problème métabolique », explique Florian Roudaut, salarié en charge du suivi du troupeau laitier à l’EARL de Kergleuz. « Sur cet écran tactile, je peux ainsi savoir en un clin d’œil si un animal est à surveiller de près. Si cet outil ne remplace pas totalement l’œil de l’éleveur, c’est un vrai confort pour toute l’équipe les jours où nous sommes tous occupés dans les parcelles de pomme de terre. Et même quand les vaches sortent à l’herbe, les 500 m de portée de l’antenne de réception permettent d’obtenir les données. »

Les aliments minéralisés ont de l’avenir

Vouloir faire davantage de lait par les fourrages sans précaution peut donner lieu à des problèmes de reproduction. Pour éviter toute dérive, il est important de suivre de près l’efficacité alimentaire qui est un bon critère d’alerte. Eventuellement de mesurer les oligo-éléments dans le lait de mélange… Cette analyse qui coûte 60 € permet d’évaluer simplement la qualité de la couverture minérale du troupeau. Elle a d’ailleurs été pratiquée dès 2009 à l’EARL de Kergleuz.

À ce propos, Dominique Morvan, utilise aujourd’hui un aliment minéralisé « tout en un et haut de gamme ». Ce minéral contient des chélates de cuivre, de zinc et de manganès. Car le producteur de lait, outre la productivité, cherche également la simplicité du travail et l’économie de temps. « Ici, il n’y a pas de Dac. Nous misons sur une ration complète avec 3,5 kg de correcteur azoté et 1,5 kg d’aliment de production par tête et par jour. Toutes les vaches mangent la même chose, même si bien sûr les grandes laitières mériteraient davantage de concentrés que les autres. » Pour Christophe Mervin, conseiller nutrition à Even :« Quand on apporte quelques dizaines de grammes de chélates ou d’huiles essentielles par tête via une ration mélangée, c’est la meilleure solution pour obtenir une bonne homogénéité et que chaque animal ait accès à sa dose journalière. »

« En production laitière, il faut dominer la repro »

Aujourd’hui en rythme de croisière, « tous les ans, nous faisons notre quota et 8 à 10 % de plus quand le prix du lait est bon. » Alors Dominique Morvan se lance un nouveau défi : « Produire 100 000 L de lait en plus sans acheter de vache et donc en retardant certaines réformes… » Car en élevage laitier, l’important est de ne pas subir la reproduction. Quand un éleveur vend des vaches en lait, c’est qu’il la maîtrise, qu’il la domine… Toma Dagorn

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer