Dossier technique

Rebondir et trouver sa voie grâce au cheval

Le Capa est une formation diplômante qui permet d’ouvrir des horizons sur de nombreux métiers.

18551 hr - Illustration Rebondir et trouver sa voie grâce au cheval
Les 3 apprenants – de gauche à droite : Hély Elluard, Prune Peraud et Camille Olichet – en Capa 2e année en évaluation de TP équitation.

« Ce n’est pas notre famille mais c’est tout comme. » C’est ainsi que Hély Elluard, 17 ans, décrit ses années d’études en Capa à la MFR de Saint-Symphorien (35) dans l’univers équin. « En arrivant, j’étais perdu et en errance scolaire. Ici, j’ai trouvé de l’écoute avec l’équipe pédagogique et les maîtres de stage. Ce ne sont pas des professeurs mais des formateurs qui nous encadrent et nous poussent vers le haut ». Cet accompagnement lui a donné un cadre, pour « faire de grands pas », tout « en reprenant le bon chemin », comme il décrit avec fierté son évolution. 52 semaines de stage en 2 ans En tout, pour trouver sa voie, pas moins de 52 semaines au programme durant ces deux ans de Capa, qui permettent de découvrir divers milieux : élevage, écurie de propriétaires, concours, dressage, attelage, cross, cheval de spectacle, centre équestre, éthologie ou médiation animale, etc. Et « acquérir un carnet d’adresses conséquent », ajoute le jeune Rennais. Il envisage de poursuivre ses études vers le bac en élevage ou un CS grooming. « Réaliser mes rêves d’enfant » Le « grooming », la botte secrète des cavaliers, c’est aussi ce que veut faire Prune Peraud. Pour devenir en quelque sorte la ‘nounou’ des chevaux de course et les préparer pour les jockeys avant les concours. Une formation qui lui permettra aussi d’acquérir le galop 7, avant d’envisager un CS cavalier pro. Et d’aller poursuivre son apprentissage aux États-Unis, poursuit-elle des étoiles plein les yeux. Ce parcours est devenu possible pour celle qui ne se retrouvait plus dans le système d’enseignement classique et qui a intégré la MFR en 4e, trouvantdans ce centre « un endroit qui m’a acceptée comme je suis, avec mes problèmes ». Toucher à tous les métiers Camille Olichet, quant à elle, a intégré le Capa après la 3e. « J’ai essayé le Capa vente en…

Cet article est réservé
aux abonnés numériques

Je me connecte


Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article