Climat et météo bretons : L’année des tempêtes et de la pluie

Il n’y a (aura) plus de saison ? Même si l’hiver a fait son retour cette semaine, force est de constater que le climat breton a déjà quelque peu changé. Et ce n’est pas fini…

18627.hr - Illustration Climat et météo bretons : L’année des tempêtes et de la pluie
Depuis quelques années, le pâturage d’automne-hiver devient difficile à cause des fortes pluies à partir de la mi-octobre.

Une événement météo chassant l’autre, la tempête Ciaran restera néanmoins le fait marquant de 2023. Particulièrement sur un couloir qui va de la presqu’île de Crozon en direction du Trégor où des vents de plus de 150 km/h ont été enregistrés (199 km/h sur le Menez-Hom). « Il s’agit de la 2e tempête la plus forte enregistrée depuis les années 60 » selon l’indice Météo France qui classe Ciaran plus puissante que Zeus. « Il est difficile de faire le lien avec le dérèglement climatique. En moyenne, il y a une grosse tempête tous les 10 ans en Bretagne », observe Stéven Tual. Et parce que le plus fort l’emporte toujours, le coup de vent du 2 août (106 km/h à la Pointe du Raz) et le coup final de Géraldine le 31 décembre (129 km/h à Saint-Goazec) apparaissent comme de petits joueurs sur le calendrier d’une année tempétueuse. Rentrée plus précoce des troupeaux Si l’on se place sur le long terme, le sixième rapport du Giec évoque quant à lui une « quantité annuelle des précipitations qui ne va pas beaucoup évoluer », mais une « intensité des épisodes pluvieux qui va augmenter de près de 14 % ». Explication : l’atmosphère plus chaude stocke plus d’eau d’où des épisodes de pluie plus conséquents. Comme ceux que la Bretagne a vécus cet automne et le Pas-de-Calais à deux reprises depuis novembre. Dans leur ferme, les agriculteurs bretons mesurent déjà une certaine modification des conditions climatiques automnales : depuis une bonne dizaine d’années, des pluies relativement conséquentes arrosent la région, notamment l’ouest, à partir de la mi-octobre ; ce qui contraint souvent les éleveurs de rentrer les troupeaux avec un mois d’avance par rapport aux années 1990-2000. Régulièrement, les pluies d’automne limitent aussi les fenêtres météo pour réaliser les semis d’automne et les dernières récoltes de maïs….

Cet article est réservé
aux abonnés numériques

Je me connecte


Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article