Observatoire des fourrages Bretagne

18348.hr - Illustration Observatoire des fourrages Bretagne

Des maïs secs, riches en amidon En cette fin d’automne, les pluies sont de retour après quelques jours plus froids. Avec le temps doux des dernières semaines, il reste souvent de l’herbe à valoriser dans les parcelles. Il va falloir profiter des journées plus sèches pour la faire pâturer par les vaches. Des ensilages de maïs de qualité Cette année, les maïs sont globalement de bonne qualité car riches en grains. Arvalis vient de publier les valeurs des ensilages 2023 : pour la zone « Ouest » portant sur 3 500 analyses, les valeurs moyennes sont de 35,9 % MS, 7,1 % de MAT, 34,8 % d’amidon, et 0,95 UFL. Les maïs 2023 sont donc secs, très riches en amidon (+ 4% par rapport à 2022) et donc en énergie. La MAT pâtit de l’effet dilution lié aux bons  rendements (-0,2 %). Au vu de l’hétérogénéité observée entre parcelles lors des récoltes, il est important de faire analyser les ensilages de maïs au cours de l’hiver. Bien ajuster la correction azotée En ce début décembre, le prix du soja reste très élevé (550 €/t). Il faut donc éviter de gaspiller le correcteur azoté. Pour un maïs à 7 % de MAT, proche de la moyenne 2023, on distribuera 175 g de tourteau de soja par kg de MS de maïs ou 260 g de correcteur de tourteau de colza. Pour un ensilage plus pauvre en MAT (6,5 %), 195 g de soja par kg de MS ou 290 g de colza seront nécessaires. L’introduction d’ensilage d’herbe ou d’enrubannage dans la ration hivernale permettra de faire des économies de correcteur azoté, d’autant que cette année, ils sont globalement de bonne qualité car récoltés dans de bonnes conditions. Mais là aussi, des analyses de ces fourrages sont fortement recommandées pour affiner la complémentation azotée. Jean-Marc Seuret et Françoise Guillois…

Cet article est réservé
aux abonnés numériques

Je me connecte


Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article