150 éleveurs échangent sur la rentabilité et la productivité

Bertrand Méline, consultant nutrition chez RumiSens Conseil, a mis en avant les 3 leviers pour améliorer la productivité et la rentabilité des élevages laitiers, lors des Clubs Nutrition organisés par le service Nutrition Bovine Eureden. Au total, plus de 150 éleveurs ont participé à ces 4 journées sur toute la Bretagne.

18427 hr - Illustration 150 éleveurs échangent sur la rentabilité et la productivité
Glen Elleouet, Nicolas Tastard, de l’équipe Nutrition Bovine Eureden, et Bertrand Méline, consultant Nutrition lors de la 2e journée Club Nutrition au Val d’Oust (56).

« Vous devez prendre votre casquette de chef d’entreprise et vous ne pouvez plus naviguer à vue » , souligne Bertrand Méline en s’adressant aux éleveurs présents lors des Clubs Nutrition Bovine. Ces journées ont commencé en salle pour présenter les 3 leviers d’actions pour améliorer la Marge sur coût alimentaire (MCA) et se sont poursuivies en élevage autour de 3 ateliers.

Le consultant en nutrition a interpellé les éleveurs en rappelant que pour améliorer sa rentabilité, il est primordial de calculer la MCA et de suivre son évolution dans le temps.

Gestion du taux de renouvellement

Taux de renouvellement et âge au 1er vêlage : la bonne gestion de ces deux critères permet de dégager davantage de MCA.

« Rappelez-vous qu’une multipare produit 20 % de lait de plus qu’une primipare. Diminuer de 10 points le pourcentage moyen de primipares (de 40 % à 30 %), c’est gagner 2 % de lait (+0,6 L) », explique-t-il. C’est le travail sur la longévité du troupeau qui permet d’augmenter la production. En résumé, pour avoir une bonne rentabilité, il faut : élever le bon nombre de génisses, les faire vêler tôt et maîtriser le taux de primipares dans le troupeau. 

Gestion de la reproduction

Pour un troupeau de 100 vaches, passer de 200 à 150 jours de lactation en moyenne sur le troupeau permet aux éleveurs de gagner 60 000 € par an. La gestion de la reproduction est un levier très efficace pour améliorer la rentabilité. Deux repères sont importants : inséminer avant 80 jours et viser un Intervalle vêlage-vêlage (IVV) de moins de 385 jours. Le conseiller précise l’importance de maîtriser le taux de gestation : « C’est le nouveau critère de pilotage de la reproduction, il permet d’être plus réactif que la mesure seule de l’IVV, qui est un critère qui juge des performances a posteriori »

Progresser dans le temps

« C’est un travail d’équipe, tout le monde (éleveurs, salariés, partenaires) doit être embarqué dans la mise en place des différents protocoles pour avancer », rappelle-t-il.

Il faut également y aller par étapes et valider certains points avant de passer aux leviers suivants.

Pour accompagner les éleveurs en ce sens, Eureden crée un groupe d’éleveurs, nommé Challenge-Lait. Les éleveurs vont pouvoir comparer leurs performances individuelles avec le groupe, et être accompagnés pour trouver des pistes d’amélioration de la MCA. Challenge-Lait répond à une attente forte des éleveurs. Plus de 30 éleveurs se sont déjà inscrits au groupe Challenge-Lait lors des journées Clubs Nutrition.

L’équipe Nutrition Bovine

Le point de vue de Jean-Marc Pichon, éleveur

« Ces journées techniques sont des moments importants en tant qu’éleveur pour apprendre et progresser. J’ai accueilli sur mon élevage, à Beuzec-Cap-Sizun (29), le Club Nutrition Eureden du 14 décembre. C’était important pour moi de pouvoir accueillir tous les producteurs (équipés de robot ou salle de traite) pour prendre connaissance d’informations et de conseils techniques. Le format de la journée est très bien : le point plus général le matin en salle, et ensuite des ateliers en élevage. L’intervention de Bertrand Méline ce matin était très intéressante avec l’aspect technique et économique. L’économie est et restera le nerf de la guerre, il est temps d’intégrer la MCA dans les élevages laitiers. Et l’après-midi, les ateliers avec le vétérinaire et les équipes nutrition bovine Eureden apportent du concret. Ce format laisse du temps pour discuter ensemble et on apprend aussi de ces échanges entre éleveurs. À la fin de ces journées, on se retrouve seul dans notre bureau, on réfléchit et on tire toujours des axes de progrès, c’est bénéfique à chaque fois. »

[caption id=”attachment_95297″ align=”alignnone” width=”640″]18429.hr Jean-Marc et Annyvonne Pichon, au centre, ont organisés sur leur élevage le Club nutrition avec Arnaud Quelennec et Raphaël Rivoalen, de l’équipe nutrition bovine Eureden.[/caption]


Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article