Le parcours pour réussir son projet de magasin de producteurs

10986.hr - Illustration Le parcours pour réussir son projet de magasin de producteurs
Se lancer dans la création d’un magasin de producteurs ne s’improvise pas, il est nécessaire de suivre différentes étapes
De plus en plus de producteurs reprennent en main l’acte « commercial » en créant des magasins de producteurs. Rappel de quelques fondamentaux pour lancer son magasin en circuit court.

Si le magasin est né d’un souhait de regroupement de producteurs, un bon collectif est essentiel.

Étape 1 : la création du groupe

À l’appel de l’un d’entre eux ou d’une collectivité locale, des agriculteurs et, parfois, des artisans se réunissent. En commençant à réfléchir à ce qui pourrait devenir un projet collectif, ils font connaissance, découvrent leurs complémentarités humaines et professionnelles et testent leur compatibilité. Ils partagent leurs représentations d’un point de vente collectif idéal et disent quelle contribution ils sont prêts à apporter au groupe.
Cette première étape conduit à définir les objectifs communs et partager les valeurs.

Étape 2 : le choix de la structure juridique

Il y a un cadre juridique à construire : choisir un type de société, se doter de statuts qui définiront la gouvernance du groupe, les modalités d’entrée et sortie des membres, les modalités de dissolution. Souvent, un pacte d’associés énonce les valeurs du groupe et un règlement intérieur fixe les règles concernant l’argent, le pouvoir, le travail et l’organisation.

Étape 3 : Un prévisionnel

C’est une étape de construction importante : poser les chiffres, analyser les facteurs de réussite et répondre aux différentes questions. Une présentation aux partenaires bancaires et/ou investisseurs de sa stratégie et de ses chiffres est indispensable pour l’obtention des accords de financement.

Étape 4 : l’étude de marché

Concurrents, clients, utilisateurs… L’identification et la définition des principaux acteurs sont importantes pour une connaissance pointue de votre marché. L’enjeu consiste à déterminer si la taille de votre marché pourrait réduire ou augmenter.

Étape 5 : la main-d’œuvre

Avant de recruter un salarié, il est important de bien mener ses entretiens avec les candidats présélectionnés. Lorsque votre choix est fait, le magasin peut s’engager auprès d’un candidat via une promesse d’embauche.
Elle engage l’employeur et le salarié qui ne peuvent pas se rétracter.
L’embauche se formalise par la rédaction d’un contrat de travail qui est signé par l’employeur et par le salarié.

Étape 6 : l’organisation

La caisse est essentielle dans la gestion du magasin, c’est une source d’informations primordiales. Avoir un bon logiciel de caisse permet de connaître la fréquentation, les jours et les pics d’affluence, le panier moyen, la gestion des stocks, les marges sur les différents produits…
Vous avez rempli toutes ces étapes ? Vous êtes prêts pour l’ouverture de votre magasin …

Stéphanie Berhault et Vincent Houdan / Cerfrance Brocéliande

Ne pas oublier la communication

Il faut vous faire connaître. Il existe de nombreux outils de communication (réseaux sociaux, site Internet, pancarte en bord de route, presse locale…) qui peuvent être plus ou moins coûteux. Il faut se poser différentes questions :
• Qui communique ?
• Quelle image va être associée au magasin de vente directe ?
• Quelles sont les valeurs que je souhaite défendre ?
• À qui s’adresser ?
• Que dire à mes futurs clients ?

Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article