Élevage

Une barrière naturelle contre les mouches

Les mouches sont une source de désagréments en élevage. Perturbantes pour le troupeau et les habitations de proximité, des solutions efficaces, pratiques et naturelles ont fait leur preuve pour simplifier leur lutte et gagner en confort. 

Afin de réguler la population de mouches dans son élevage et éviter l’agitation de son troupeau, le Gaec Lelandais, à Ménéac (56), a été convaincu par la pose de pièges Appibuster. Ces derniers permettent de capturer les mouches en extérieur et de limiter leur intrusion dans les bâtiments en les appâtant par une odeur de levures fermentées.

Une régulation des mouches réussie 

La solution Appibuster permet de créer une barrière contre les mouches avec des produits naturels. Elle se compose de deux éléments : une poudre et un piège. Le principe consiste à diluer la poudre contenant des levures fermentées dans le seau jaune. Diluées dans l’eau, les levures dégagent une forte odeur qui agit comme un appât. Les mouches adultes, attirées par l’odeur, entrent dans le seau par les cônes «one way» et ne peuvent plus ressortir.

« Le procédé est simple à mettre en place » apprécie Mickaël Lelandais. Ce produit, à utiliser en curatif, est à positionner dès les premières chaleurs estivales de mai à mi-octobre, lorsque la présence des mouches est importante. Les levures doivent ensuite être renouvelées toutes les 6 à 7 semaines et le niveau d’eau
régulièrement réajusté. L’astuce de l’éleveur : « Je place le piège dans un lieu de passage et je laisse un bidon de 5 litres d’eau à proximité. Comme ça, je pense à faire l’appoint facilement ! ». La nuisance occasionnée par les mouches est réduite à un seuil acceptable, pouvant aller jusqu’à 90 % de réduction. « On voit vraiment la différence depuis que j’utilise ces pièges. On sait quand les levures ne sont plus efficaces et qu’elles doivent être changées » , souligne l’éleveur. De plus, aucun impact sur l’environnement n’est constaté (pas d’abeilles capturées). Le produit ne contient aucun produit nocif et ne présente donc aucun risque pour l’humain, les animaux et l’environnement. 

Un positionnement stratégique

Le produit est réservé à un usage extérieur dans un endroit bien ventilé. Il peut être placé à proximité de la fumière, de la fosse extérieure ou encore entre les bâtiments d’élevage et de la maison d’habitation. Le positionnement idéal se situe sur le chemin de retour des vaches, du champ à la salle de traite. L’éleveur de Ménéac utilise 3 seaux. Ils sont répartis entre l’entrée de la stabulation, le chemin de la salle
de traite et près de sa maison qui se trouve à côté du champ des génisses. Ils doivent être placés à 1,50 m du sol pour attirer efficacement les mouches. Le seau couvre une quinzaine de mètres tout autour de la zone à protéger.

Facile à déplacer, un mauvais

positionnement peut vite être corrigé. « Proche des arbustes (1 à 2m), j’ai remarqué que les seaux fonctionnaient mieux. Il y a souvent des embouteillages à ces endroits et c’est donc le lieu idéal pour capturer les afflux de mouches » remarque l’éleveur.
Satisfait de la solution Appibuster, Mickaël Lelandais a prévu d’installer ses seaux très prochainement pour la 3e année consécutive. Les produits sont disponibles dans les Cultivert ou auprès des techniciens conseils en produits d’élevage et techniciens bio Eureden. N’hésitez pas à vous renseigner.

Le biocontrôle des mouches

appiwasp mini guêpeLa lutte intégrée a fait ses preuves en élevage. Une solution naturelle, efficace et pratique qui s’applique aussi bien à l’agriculture biologique que conventionnelle. Plusieurs types d’auxiliaires permettent de réguler les populations de mouches. Il existe des prédateurs à positionner sur les zones humides de prolifération de mouches : des acariens prédateurs des œufs de mouches et des mouches carnivores prédatrices des larves de mouches indésirables. Sur zone sèche, une solution peut venir compléter la lutte, grâce à l’application de mini-guêpes qui parasitent les pupes de mouches. Arrivées au stade adulte, ces mini-guêpes vont pondre dans d’autres pupes présentes à proximité. En se nourrissant des pupes, les mini-guêpes empêchent la prolifération des mouches. Ces insectes, naturellement présents en France, ne sont pas envahissants. Cette méthode nécessite de l’anticipation. En effet,  les protocoles de biocontrôle doivent débuter le plus tôt possible dans la saison et ce jusqu’à mi-juin.

Louise Bouchard / Eureden

Mots-clés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer