Politique et SyndicalismeTop

Souveraineté alimentaire, la profession agricole attend « un cap à 30 ans »

Un « rebond » et des perspectives à long terme. C’était l’objectif des organisateurs du « Grand rendez-vous » sur la souveraineté alimentaire, qui s’est tenu le 18 mai en présence d’Emmanuel Macron. 

« Fixer tous ensemble un cap, redonner des projets aux agriculteurs, une visibilité à horizon 25, 30 ans », tel était l’objectif visé de ce colloque comme l’explique Samuel Vandaele, président des Jeunes Agriculteurs. « Si rien n’est fait, la souveraineté est en danger », prévient de son côté la présidente de la FNSEA Christiane Lambert, rappelant la dégradation de la balance commerciale agroalimentaire. Une souveraineté que la profession envisage à trois niveaux : local, national et européen. « Nous appelons à un rebond, qui passe par une prise de conscience des décideurs », martèle-t-elle. « Il y a des enjeux très politiques derrière cet événement ».

La présidente de la FNSEA se félicite « d’entendre une petite musique » en faveur du secteur agricole : « On parle de clauses miroirs, de changer le droit de la concurrence européen, de ne pas laisser entrer des produits qui ne respectent pas nos normes, etc. »

Soutien aux clauses miroirs

Le président de la République s’est en effet montré favorable à l’imposition de « clauses miroirs » dans la politique commerciale européenne. La France souhaite la fixation pour les denrées importées de normes de production (environnementales ou sociales) équivalentes à celles pratiquées dans l’UE, y compris dans les cas où ces normes n’auraient de bénéfice que dans le pays où les denrées sont produites (Ex.: interdiction de pesticides néfastes pour la biodiversité mais non détectables dans les denrées). Et d’insister : « Pas de négociation commerciale avec les pays qui ne respectent pas l’Accord de Paris, mais nous défendons aussi la clause miroir, c’est-à-dire le fait de pouvoir refléter nos contraintes avec les gens avec qui nous échangeons ». Un thème que la France appuiera lors de sa présidence du Conseil de l’Union européenne, en janvier 2022.

« Système neuf » et soutien pour l’assurance récolte

Le président de la République a appelé les ministres de l’Agriculture et de l’Économie à créer « un système totalement neuf » d’assurance récolte, abondé par un financement public. Pas d’enveloppe chiffrée annoncée, ni d’arbitrage limpide sur le caractère obligatoire ou non de la future assurance, mais Emmanuel Macron souhaite « convaincre l’ensemble de nos agriculteurs de rentrer dans ce régime ». Pour le chef de l’État, ce soutien renforcé s’inscrit dans un objectif de souveraineté : « On ne peut pas dire ‘la Nation veut être souveraine, doit pouvoir se nourrir’ , et accepter que face à ces dérèglements climatiques on ne résiste pas ».

Simplification pour le stockage de l'eau
Emmanuel Macron a également évoqué le sujet des retenues d’eau, en précisant la feuille de route pour la conduite du Varenne de l’eau. « J’ai demandé au ministre de mettre à plat, tous les projets pour qu’on simplifie les règles ». Il a toutefois rappelé qu’ils doivent s’intégrer « dans des projets de territoires » pour la gestion de l’eau (PTGE).

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer