Economie, marchés et gestionTop

Partir sereins en vacances

Au Gaec Le Vourc’h, tout est mis en œuvre pour faciliter le travail des remplaçants, ce qui leur permet de partir sereins en vacances.

Lorsque Anne Guégaden rejoint son époux, Jean-Marc, sur l’élevage laitier familial, elle sort d’un problème de santé et devra se ménager physiquement. Elle adhère ainsi à l’association Finistère remplacement. En 2011, dégager du temps devient une priorité avec l’adoption de leurs enfants. Pour Anne, se faire remplacer en toute sérénité, même avec un troupeau de 120 vaches, c’est possible, à condition de l’anticiper en amont. Les réflexions menées lors de son installation avec un ergonome de la MSA se révèlent un atout : roto avec écran tactile, portes de tri, double lactoduc et taxi à lait, détecteurs de chaleur, plancher mobile… Ces dispositifs allègent le travail des exploitants et des salariés de remplacement.
La simplification, autre point important : « On simplifie d’abord pour nous, les salariés en profitent ». L’alimentation des veaux est un exemple, un seul plan d’allaitement pour tous les âges.
Anne et Jean-Marc font en sorte que le remplaçant n’ait pas de gros travaux à réaliser en leur absence, qu’il ne gère que le travail d’astreinte. « Nettoyer les cases à veaux ce n’est drôle pour personne, pas question de laisser ce travail à notre suppléant ».

Une transmission d’information organisée

Son passé d’enseignante en lycée agricole la prédispose à la réalisation d’outils pédagogiques. Un classeur est à disposition en salle de traite avec un diaporama photos. Les tâches sont détaillées : les vannes, les codes utiles pour la traite, l’entretien des lavettes…. La ration des vaches est mise par écrit dans le téléscopique. Deux tableaux en salle de traite recensent les vaches qui nécessitent de l’attention. L’ordinateur, situé dans le bureau dans lequel le remplaçant se change, regroupe toutes les données du troupeau. Très utile pour faire le point avant d’entrer en salle de traite.
Il reste bien sûr des impondérables. Un problème de vide sur quelques postes du roto ? Le remplaçant contacte en urgence le service après-vente. Un problème de santé sur un animal ? La consigne est d’appeler sans hésiter le vétérinaire. Les imprévus aussi ça se prévoit.

S’organiser
Globalement, les exploitations font depuis plusieurs années de gros efforts d’anticipation, d’aménagements, d’organisation (tutoriels, photos, schémas). La crise covid a été l’occasion de rappeler quelques points : sanitaires, points d’eau, savon… Parler de la pause-café du salarié, du management en général est désormais possible. L’arrivée de salariés non issus du milieu agricole, tout comme la féminisation du métier de remplaçant, ont contribué à ces avancées.

Anne Bras, Pole études et Prospective Cerfrance Bretagne

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer