Cultures

Porte-outils : Les yeux rivés sur son travail

La gamme de porte-outils s’étoffe pour Terrateck, avec 2 modèles d’appareils qui gardent le même objectif : avoir la meilleure visibilité possible sur l’opération en cours. Un modèle à double-poutre ouvre encore plus le champ de vision.

La gamme de porte-outils maraîchers de chez Terrateck se décline en 2 modèles, à savoir la Série A et la Série E. « Deux machines pour deux types de maraîchage », illustre Pierre Decourcelle, technico-commercial pour l’entreprise du Pas-de-Calais. Le plus gros modèle (Série E) « est même adapté aux légumes de plein champ ou en grandes cultures, car les outils ventraux peuvent dépasser le gabarit de l’engin automoteur ». Cet engin possède un moteur de 35 cv ou 25 cv ; les réducteurs positionnés dans les roues lui donnent plus de couple. Ce Culti’track possède le triple avantage de travailler avec précision sur les planches, avec divers outils positionnés de manière ventrale. L’opérateur peut travailler seul, sans guidage nécessitant de main-d’œuvre supplémentaire. Avec un outil dédié au désherbage ou au semis, « on ne mobilise pas de tracteur, et on ne rate pas le bon créneau de binage, même si la fenêtre météo est courte. Enfin, le Culti’track est léger, pesant en moyenne 1 t. C’est l’idéal pour les passages récurrents ».

En comparaison, le gabarit du Série A est plus compact. « Il est adapté pour recevoir des outils de binage, de paillage, ou de semis qui respectent sa largeur hors tout », précise Pierre Decourcelle. Chaque série peut recevoir une transmission 2 ou 4 roues motrices en fonction des besoins et utilisations des producteurs.

6738.hr
Cette dérouleuse est compacte pour s’adapter aux Culti’Track.

Une multitude d’outils

La voie de ce porte-outils est réglable, pour s’adapter aux conduites à plat ou en planche. Le relevage ventral est utilisé dans 90 % des cas, mais un relevage arrière peut servir à atteler un efface-trace de roues. Le Culti’track a également la possibilité de recevoir en option un relevage frontal permettant l’attelage d’outil de fertilisation localisé venant en complémentarité des principaux accessoires utilisés sous le ventre de l’automoteur.
Le Culti’track est capable d’intervenir « à partir du moment où la planche est préparée : il n’est pas adapté à de lourds travaux du sol ». Les équipements, légers, peuvent se composer de nombreux outils de précision « ou d’un semoir. Pendant l’implantation, on voit les éléments semeurs, la visibilité en direct alerte si une roue du semoir bloque », apprécie Clément Sevestre, responsable de l’exploitation du lycée de Suscinio (29), établissement qui s’est équipé de cet appareil. « Nous l’utilisons pour les semis de radis, de carottes et de navets ». Pierre Decourcelle ajoute que « le semis précis autorisera des binages précis ».

Une version double-poutre

La gamme des porte-outils maraîchers Série A et Série E bénéficie depuis 2020 d’une nouvelle version double-poutre améliorant encore plus la visibilité et le confort de travail grâce à une structure qui se divise en deux au niveau du champ de vision du conducteur. Comme la version d’origine, un châssis mécano-soudé offre « une excellente rigidité. Cette nouvelle version conserve le même gabarit et les mêmes trains avant et arrière que son aîné ». Toujours dans le but d’améliorer la visibilité, le volant est monté sur pivot afin de pouvoir le sortir du champ de vision tout en le gardant à portée de main. Grâce à cette nouvelle option, la visibilité des éléments de travail « est encore améliorée lors des opérations de semis ou de binage et l’opérateur présent sur la machine a la possibilité de suivre jusqu’à 4 rangs à 30 cm d’écartement sans aucun obstacle dans son champ de vision ».

Une dérouleuse compacte

La dérouleuse de paillage plastique ou biodégradable développée par Terrateck a l’avantage d’être « compacte et peut se monter sur le porte-outils Culti’track, toujours pour une bonne visibilité et pour bien ajuster les réglages, car il est facile de descendre et de remonter sur l’engin ». Cette dérouleuse est composée de 2 socs ouvreurs réglables, les rouleaux sur diabolo sont à pression réglable. « Le porte-outils peut recevoir d’autres dérouleuses de d’autres marques, en passant par des adaptations », prévient Pierre Decourcelle.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer