Cultures

Le colza valorise bien les apports organiques

En raison de la longueur de son cycle végétatif ainsi que de son pouvoir d’absorption de l’azote à l’automne, le colza valorise les effluents.

Avec les prairies, le colza est l’une des rares plantes à permettre les épandages de fin d’été. Ils favorisent la croissance du système racinaire capable d’exploiter les réserves du sol en éléments nutritifs tout en fournissant du phosphore, de la potasse et du soufre. En conséquence, l’apport de matière organique avant semis de colza va permettre de diminuer la quantité d’engrais utilisée au printemps.

Colza : quelle dose apporter ?

L’apport de matière organique avant semis de colza est autorisé par la réglementation dans la limite de 65 kg N efficace /ha. À noter toutefois que la présence d’une grande quantité d’azote dans le sol expose à des risques d’élongation. Il convient donc de contrôler le choix de la variété, la date et la densité de semis.
La fertilisation azotée vise à compléter les fournitures du sol au printemps afin de satisfaire les besoins de la plante. Comme pour les céréales, son calcul se base sur la méthode des bilans. Entre les besoins de la culture, les fournitures du sol et et apports à réaliser, il faut parvenir à l’équilibre. Le colza a un besoin unitaire azoté élevé : 6,5 kg d’azote absorbé par quintal de grain produit. Au-delà de 300 unités absorbées, l’azote n’est plus limitant pour le rendement.

Semé tôt, le colza mobilise des quantités importantes d’azote à l’automne et durant l’hiver. En effet, il peut absorber plus de 100 kg d’azote par hectare. En conséquence, il est important de tenir compte de la quantité d’azote stockée dans la plante avant le premier apport d’engrais et ce, afin d’éviter une surfertilisation qui peut engendrer des problèmes physiologiques, environnementaux et économiques.

Deux méthodes de mesure de l’azote absorbé

Le pilotage de la fertilisation s’effectue sur la base de l’état de développement de la culture à la sortie de l’hiver qui va indiquer la quantité d’azote fixée par la plante durant l’automne. La mesure de l’azote absorbé par le colza à l’automne, s’effectue par la pesée de la biomasse (vers la fin du mois de janvier) ou bien par méthode visuelle (valeurs forfaitaires en fonction du degré de recouvrement du sol).

À quel moment fertiliser ?

Suivant le développement végétatif et de la dose calculée à apporter, il est recommandé de fractionner les apports. Dans le cas où la dose à apporter est élevée (> 100 kg N/ha), il est souhaitable de fractionner la dose en 2 ou 3 apports, espacés de 3 semaines environ. Cela va permettre d’absorber progressivement l’azote au fur et à mesure de la croissance. A l’inverse, dans le cas d’une faible dose à apporter (50-80 N/ha) il est possible de n’effectuer qu’un seul apport en début de montaison, mi février.

Sans Titre 1

Dorothée Rousval / Cogedis

Mots-clés

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer