Sept années d’économie de chauffage en porc

 - Illustration Sept années d’économie de chauffage en porc
La famille Fache apprécie les économies de cette pompe à chaleur particulière.
Olivier Fache a fait installer une pompe à chaleur (Pac) particulière pour chauffer les maternités de son élevage. Retour sur ces sept années d’économie d’énergie.

« Les lampes infrarouges demandent de la manipulation, cassent souvent et engendrent des frais sur le poste maternité. La chaleur est moins naturelle, les lampes peuvent parfois brûler les porcelets quand leur hauteur n’est pas adaptée », observe Olivier Fache, producteur de porc installé à Sailly-sur-la-Lys (62). Lors de travaux de réorganisation de son élevage en 2013, l’éleveur s’est tourné vers un frigoriste de sa région car « nous nous posions la question d’utiliser des énergies renouvelables », se souvient-il. Son artisan frigoriste conçoit alors, avec son partenaire Didier Thiémé, un système de chauffage thermodynamique très original utilisant la chaleur de l’air extrait et vicié comme source d’énergie. Plus de 7 ans après ce choix, la famille Fache ne regrette pas cette orientation. « La Pac alimente 2 x 24 plaques chauffantes de chez Itek. La chaleur est homogène dans les nids à porcelets car la surface d’échange est grande ». La température de surface des plaques de 1,75 x 0,35 m, posées au sol atteint les 35 °C, avec une forte inertie : la température fluctue beaucoup moins qu’avec « des lampes infrarouges en tout ou rien ».

Les capteurs sont auto-nettoyants et ne demandent pas d’entretien.

Un capteur autonettoyant

« Nous avons adapté un concept que nous maîtrisions, car nous avons du recul sur les procédés de chauffage thermodynamique », note Pascal Charles, frigoriste et installateur. Des capteurs évaporateurs composés de tubes de cuivre frigorifique gainés de polyéthylène fournis par Axintra, entreprise bretonne basée à Carhaix (29), sont déroulés au plafond du couloir de circulation de l’air vicié. Après plusieurs années d’utilisation, l’artisan remarque également que les capteurs s’auto-nettoient : les tubes givrent durant la phase de fonctionnement de la Pac, les poussières sont évacuées quand ce givre fond pendant que le chauffage est à l’arrêt. Ce procédé avec peu d’entretien garde toute l’année les mêmes performances, en comparaison à des batteries d’échange positionnées dans un espace de ventilation et qui s’obstruent avec les poussières, diminuant le débit d’air.

Sur ce système de chauffage économe (voir encadré), les éleveurs apprécient fortement le pilotage au doigt et à l’œil de ses salles. « C’était à l’époque une condition d’installation, car je souhaitais réguler le chauffage suivant l’âge des animaux ». La régulation sur loi d’eau augmente la température de l’eau circulant dans les plaques chauffantes quand la température extérieure diminue. Ainsi, l’ambiance de la maternité est maintenue à 24 °C. Cette régulation est couplée à une électrovanne (système Imo Start) qui laisse circuler plus ou moins d’eau en fonction de la courbe de croissance des cochons.
Olivier Fache estime ventiler de façon plus importante ses salles grâce à cette pompe à chaleur. « L’air est plus souvent renouvelé, c’est un impact non négligeable pour le bien-être des animaux », conclut-il.

34 000 kWh économisés par an pour une source de chaleur stable

Pascal Charles a équipé l’installation d’un compteur d’énergie. La pompe à chaleur aura consommé en moyenne 34 000 kWh de moins par an, en comparaison à 48 lampes de 175 W chacune. « Avec un tarif moyen d’achat d’électricité de 0,097 €/kWh, l’économie annuelle est de plus de 3  000  € », chiffre le producteur, qui va même plus loin. « Avec une pompe à chaleur, la puissance du compteur électrique est moindre, car des lampes infrarouges demandent un abonnement plus important ».

Au total, l’installation comprenant une pompe à chaleur d’une puissance calorifique de 8 kW, les tubes de cuivre capables de capter la chaleur de l’air et le raccordement aux plaques chauffantes auront coûté 9 770 € HT à l’éleveur. Pour Didier Thiémé, concepteur de solutions thermodynamiques, « les systèmes de chauffage doivent être simples. Une pompe à chaleur doit disposer d’une source d’énergie constante, en corrélation avec le besoin de chauffage ». Cette solution thermodynamique a le gros avantage d’utiliser une source de chaleur stable (l’air extrait dans le couloir de ventilation) quelles que soient les conditions extérieures.


Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article