Le mélange variétal au secours des pommiers

Benoît Bancel recevait un groupe de producteurs le 24 avril sur son verger de 31 hectares, conduit à faibles doses d'intrants, par rapport aux moyennes. - Illustration Le mélange variétal au secours des pommiers
Benoît Bancel recevait un groupe de producteurs le 24 avril sur son verger de 31 hectares, conduit à faibles doses d'intrants, par rapport aux moyennes.
Benoît Bancel, à Crédin, a planté plusieurs variétés dans les mêmes rangs de pommiers, en 2012. L’opération s’avère efficace pour lutter contre la tavelure.

Les vergers sont gourmands en produits phytosanitaires. En 2012, l’Institut français des productions cidricoles (IFPC) a lancé des essais de techniques alternatives de production. 18 parcelles, réparties sur le Grand Ouest, ont fait l’objet d’essais de limitation des traitements herbicides, fongicides et/ou insecticides. Chez Benoît Bancel, c’est la tavelure, principale maladie des pommiers et première cause de traitement qui a été ciblée. 1,5 hectare de verger a été planté, il y a 7 ans, en respectant un schéma de plantation innovant, comportant 3 modalités (0,5 ha chacune).

Deux modalités, en mélange variétal (3 ou 6 variétés mélangées à l’intérieur des rangs) sont comparées à un système témoin sans mélange dans le rang. Certaines de ces variétés productives sont connues pour être sensibles à la maladie provoquée par des champignons, d’autres sont plus résistantes. Sur l’ensemble du verger, la fertilisation, les traitements, l’entretien sont rigoureusement identiques. « C’est seulement l’effet du mélange de variétés qui nous intéressait », précise le producteur.

21 à 56 % de moins de tavelure

Les résultats sont en faveur des mélanges : 21 à 56 % de tavelure en moins sur les fruits, selon les années, entre la partie témoin et les deux autres (mesures effectuées sur la variété Judor, la plus sensible). Aucune différence n’a été notée entre les mélanges de 3 et de 6 variétés dans les rangs. Les rendements sont légèrement supérieurs. « Il semble que les pommiers résistants limitent la propagation de la tavelure dans le rang et protège l’ensemble du verger », explique Anne Guérin, ingénieur à l’IFPC. Le mélange variétal s’avère donc intéressant.

« Il faut quand même que le transformateur (industriel) l’accepte car, de fait, il y a un mélange de fruits de différentes saveurs ou d’acidité », reprend Benoît Bancel. Il faut également que les variétés plantées dans un même rang aient sensiblement la même précocité pour ne pas compliquer la récolte, réalisée en trois fois. À l’avenir, l’IFPC devra travailler sur l’association des variétés pour éviter ces problèmes mais le principe de la diversité dans les vergers semble intéressant au niveau environnemental et facilement reproductible.

Bandes fleuries

Le projet « Verger cidricole de demain », coordonné par l’IFPC, vise à concevoir, expérimenter et évaluer des vergers économiquement viables et économes en intrants. Diverses pratiques sont testées pour la maîtrise des bioagresseurs et la conduite du verger (bandes fleuries entre rangs pour attirer les auxiliaires, dépôts de copeaux, animaux pour désherber…) chez des producteurs répartis dans le Grand Ouest (9 sites, dont 2 en agriculture biologique). Certaines pratiques sont encourageantes et permettent de tenir les objectifs (bandes fleuries contre les pucerons, mélanges variétaux…). Elles demandent à être optimisées.

Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article