Politique et Syndicalisme

Gestion des aléas ou régulation

Élections Chambre d’agriculture

Comment sécuriser davantage le revenu alors que les prix sont de plus en plus volatils ? La réponse est dans la politique européenne pour tous les candidats. « Certes la Pac est complexe et doit être simplifiée, mais nous souhaitons malgré tout conserver un 1er pilier fort. Le 2e pilier doit quant à lui permettre de protéger davantage nos exploitations demain, par rapport aux aléas climatiques et économiques. Il est de notre responsabilité de mettre en place des outils de gestion pour cela », affirme Frank Guéhennec (FDSEA).

Simplifier la Pac

La Coordination rurale se prononce en faveur d’une Pac axée sur la régulation. « Nous devons arrêter le “saupoudrage”. Les aides couplées sont dérisoires, très difficiles à percevoir et sont confisquées par le para-agricole. Par exemple, les aides pour les protéagineux ont conduit à une augmentation du prix des semences », tranche Véronique Le Floc’h (CR). Son syndicat est par ailleurs opposé à des contraintes supplémentaires. « Toute complexification entraînerait des contrôles avec des retenues sur les budgets. » Par contre, « les transitions sont à favoriser vers davantage d’agronomie et de nouveaux modèles d’élevage. Et nous devons sortir l’agriculture des accords de libre-échange. »

Pour Benoît Collorec (Confédération paysanne), l’agriculture bretonne « veut aller sur des marchés qui sont par définition volatils. Pourquoi ? Quel est l’intérêt d’exporter du “minerai” versdes pays qui n’ont pas le même modèle, les mêmes charges, les mêmes contraintes environnementales que nous ? » Et d’insister : « La volatilité ne correspond pas du tout à notre schéma agricole. » Les assurances privées ne sont pas une solution pour la Conf’. « Mieux vaut travailler en amont, réguler les productions, maintenir des paysans et faire de la valeur ajoutée. »

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer