Coopératives

Triskalia condamne l’intrusion des Faucheurs Volontaires sur son site de Glomel

Le groupe coopératif Triskalia condamne fermement l’intrusion par effraction et la dégradation de matériel, opérées le 27 août par un groupe de Faucheurs Volontaires, sur son site de Glomel. De plus, la coopérative réfute les arguments avancés par le collectif afin de justifier cette manifestation.

Les Faucheurs Volontaires ont dit vouloir effectuer une “visite citoyenne” sur le site Triskalia de Glomel afin de vérifier sa conformité à la réglementation. La coopérative rappelle que ce site, qui stocke des produits phytosanitaires emballés, est classé Seveso seuil haut. Cela qui implique de nombreux contrôles par les pouvoirs publics pour la sécurité du personnel et l’environnement. L’entrée par effraction alors qu’il existe de nombreux moyens de dialogues, n’a donc rien de citoyen.

Le collectif est également sensible aux semences VRTH (Variétés de Semences Rendues Tolérantes aux Herbicides) et demande à la direction de Triskalia de prendre “immédiatement des mesures afin d’arrêter la commercialisation de ces produits”. Or, le groupe s’est toujours refusé à commercialiser les Variétés de Semences Rendues Tolérantes aux Herbicides. Cette demande n’a donc pas lieu d’être.

Enfin, les Faucheurs Volontaires évoquent le risque pour la santé des salariés et avancent des chiffres qui ne correspondent à aucune réalité constatée par les autorités de prévention ou des instances de sécurité internes au groupe (CHSCT…). Le groupe coopératif Triskalia rappelle que la santé de ses salariés est au coeur de ses valeurs et que les managers et l’ensemble des salariés sont impliqués au quotidien dans la prévention des risques.

Mots-clés

Peut vous intéresser

2 commentaires

  1. “Le groupe coopératif Triskalia rappelle que la santé de ses salariés est au coeur de ses valeurs et que les managers et l’ensemble des salariés sont impliqués au quotidien dans la prévention des risques.”
    En espérant que ces belles paroles soient suivies de faits car ce n’était pas le cas en 2009-2010 lorsque certains de ses salariés ont porté plainte pour intoxication par des insecticides. D’ailleurs, en 2016, Triskalia a été condamné et a versé 100 000 € à 2 d’entre eux (source Le monde 22/09/2016)

    1. En 2009 2010 TRiskalia n existait pas .L intoxication a eu lieu dans la société Eolys .
      Merci de ne pas diffuser de fausses informations .

Bouton retour en haut de la page
Fermer