Un bardage modulable pour revoir la ventilation

« Même fermé, le filet brise-vent laisse passer énormément de lumière. C’est flagrant par rapport au clairevoie », apprécie Stéphane Desbois. - Illustration Un bardage modulable pour revoir la ventilation
« Même fermé, le filet brise-vent laisse passer énormément de lumière. C’est flagrant par rapport au clairevoie », apprécie Stéphane Desbois.

En passant en traite robotisée, la ventilation de la stabulation du Gaec Desbois à Nivillac (56) s’est avérée insuffisante en été. L’installation de filets brise-vent, « simples », a amélioré les choses. La stabulation du Gaec Desbois date de 2006. « L’enceinte n’est pas très haute ». L’aire paillée pour 35 vaches avec fumière a été réaménagée à l’été 2015 en système lisier raclé avec logettes (90 places pour 60 laitières aujourd’hui). Le robot de traite a été installé à suivre, en novembre 2015. Dès l’été, les associés ont observé des difficultés. « Le matin, toutes les vaches étaient massées dans le bâtiment à l’opposé de l’automate. Puis, au pic de chaleur dans la journée, elles étaient au contraire toutes autour de la stalle », raconte Stéphane Desbois, installé avec sa mère Armelle. Un phénomène qui n’était pas observé auparavant en système salle de traite quand les vaches sortaient au pâturage. Une solution bon marché [caption id=”attachment_34056″ align=”alignright” width=”220″] Stéphane Desbois et Fabrice Bernard devant le filet installé en lieu et place d’une partie du bardage à claire-voie initial pour améliorer la ventilation.[/caption] Malgré ce changement de comportement, la fréquentation au robot n’était pas forcément impactée. « Mais les animaux étaient davantage souillés. Seule une partie des logettes étaient fréquentées. » Dans cet attroupement, la petite vie du troupeau semblait quelque peu perturbée. « Les génisses devaient se frayer un chemin pour atteindre la stalle. » Un technicien du GDS a alors réalisé un test au fumigène. « La fumée ne montait pas et ne s’échappait pas par le claire-voie : elle stagnait à hauteur d’homme. » Pour résoudre le problème, l’idée était alors de passer en ventilation dynamique en installant six ventilateurs pour brasser et assurer un renouvellement efficace de l’air. Après s’être renseigné sur les solutions alternatives, Stéphane Desbois a pris contact avec Fabrice Bernard chez Cultivert pour un devis concernant un filet…

Cet article est réservé
aux abonnés numériques

Je me connecte

Already a member? Connectez-vous ici

Tags :
Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article