CulturesÉvénements

La vraie vie de votre sapin de Noël

En ce mois de décembre, il est la star de nos maisons. Petit tour aux Pépinières de Bretagne à Saint-Vran près de Merdrignac chez un producteur de sapins de Noël en compagnie de Jean-Marc Rouxel.

Il peut être artificiel, mais le plus beau, le plus noble reste le naturel. Attraction principale de notre salon, le sapin de Noël est une des préoccupations d’achat des parents et l’activité attendue des enfants. Qu’il s’appelle Nordmann, Épicéa ou Nobilis, il scintille de tous ses éclats en attendant d’abriter les cadeaux de toute la famille en cette fin du mois.

Une activité très dense

En ce mois phare de ventes de sapins, Jean-Marc et Gaétan Rouxel ne ménagent pas leur temps. Depuis plusieurs jours, levés à 3 h le matin, ils parcourent la Bretagne de long en large afin d’approvisionner les magasins clients et de respecter les délais. De Brest à Plérin  en passant par Penvenan  pour Gaétan ce 1er décembre, tandis que Jean Marc se dirigeait vers Lanvallay et  Dol-de-Bretagne. Pas moins de 400 km par jour en moyenne  pour assurer les livraisons entre 5 h et 10 h du matin auprès des grandes surfaces. Aux Pépinières de Bretagne, un tiers de la production est vendu en direct dans les magasins et deux tiers auprès des grossistes (négociants en sapins, plate-formes d’enseignes, Rungis…). Deux circuits de distribution parfaitement maîtrisés.

« Dès le 14 novembre, les ventes aux grossistes démarrent et une semaine plus tard, c’est le début des livraisons dans les magasins », détaille le producteur. Les semaines 46 et 47 sont de très grosses semaines pour les magasins, essentiellement des grandes surfaces. Viendra ensuite le réassort. Au total, cette fin d’année, ce ne sont pas moins de 40 000 sapins qui auront quitté les terres de Saint-Vran.

Jean-Marc Rouxel devant ses derniers sapins filmés et conditionnés 
pour être distribués en magasins.
Jean-Marc Rouxel devant ses derniers sapins filmés et conditionnés 
pour être distribués en magasins.

10 ans de culture pour 1 mois de parure

Troisième génération de pépiniéristes, les frères Rouxel consacrent 30 hectares de surfaces à la culture de sapins avec une densité moyenne de 10 000 plants par hectare. Producteurs de leurs propres plants, après 2 ans de semis puis 2 ans de repiquage, les pépiniéristes vont soigner leurs arbres (tailler, désherber, éclaircir…) sur une durée moyenne de 6 ans de cultures. Une mobilisation des sols de longue durée, qui s’étale entre 5 et 8 ans selon les variétés de sapins : « L’Épicéa pousse un peu plus vite, c’est une variété qui va bien marcher dans les terrains lourds que nous avons ; en revanche, le Nobilis est plus difficile à faire pousser en Bretagne », explique le spécialiste. Entre trop et trop peu, l’arbre de Noël doit atteindre la taille idéale pour correspondre parfaitement aux critères des clients, s’il n’est pas dans les normes, il sera broyé : « Le cœur du marché se situe entre 1,25 m et 1,75 m et la qualité la plus recherchée, c’est le 1er Choix ou l’Extra » complète Jean-Marc Rouxel.

Double casquette, producteur et commercial

« Quand on commence la coupe pour la saison de Noël, on sait que tout est vendu ». Une commercialisation de ses sapins à laquelle s’attelle Jean-Marc chaque année. « Dans deux mois, on attaque la saison 2017 ». Productions non primables aux aides Pac, le producteur doit prendre sa casquette de commercial pour réaliser ses ventes et générer son chiffre d’affaires ; c’est un travail de contact et de négociation qui le mobilise une partie de l’année. « Entre février et juin, je me déplace dans tous les magasins pour faire le point sur la saison passée et analyser les quantités vendues et ensuite on commence les négociations », commente Jean-Marc, ce vendeur de sapins. En effet, autre période dense sur un autre métier afin de renouveler les contrats de commercialisation et assurer l’année à venir. Et si vous n’avez pas encore acheté votre sapin, il est encore temps… mais conseil du professionnel, méfiez-vous de votre plancher chauffant !

Connaissez-vous les caractéristiques de votre sapin de Noël 2016 ?

Sa catégorie :

  • Elevé en pot,
  • Conditionné en pot,
  • Coupé, appointé et conditionné en filet, avec accessoirement la fourniture du support bûche.

Sa variété :

  • L’Épicéa et sa bonne odeur de résineux,
  • Le Nobilis et son feuillage légèrement bleuté et très doux au toucher
  • Le Nordmann ne perd pas ses aiguilles, avec un feuillage vert foncé,
  • Le Fraséri au revers argenté.

Sa qualité :

Extra  / 1er choix / No Name / Promo ou 2e choix.

La « Qualité Extra » signifie : couleur homogène, forme parfaitement conique et symétrique, couronnes de branches régulièrement réparties sur toute la hauteur, flèche droite et de hauteur raisonnable.

Sa taille :

  • 1,00 m – 1,25 m,
  • 1,25 m – 1,50 m,
  • 1,50 m – 1,75 m,
  • 1,75 m – 2,00 m.

Élisabeth Le Morzadec, Cerfrance Côtes d’Armor

Mots-clés
Bouton retour en haut de la page
Fermer