Economie, marchés et gestionEnergies et environnement

La forêt recherche ses entrepreneurs

Suite à un arrêté publié en 2015, la MFR de Loudéac propose désormais une formation courte pour que tous les entrepreneurs de travaux forestiers puissent répondre aux exigences réglementaires de la profession.

Abattage, débardage, plantation et reboisement… Il y aurait en Bretagne près de 90 entreprises de travaux forestiers qui répondent à la demande de services des propriétaires ou exploitations forestiers ou des scieries qui achètent du bois sur pied et délèguent la coupe. « Mais attention, cette activité ne s’improvise pas, rappelle Jean-Marc Leroux, délégué régional du syndicat Entrepreneurs des territoires (EDT Bretagne). L’accès à cette profession est fortement réglementé et l’Administration s’est alarmée ces dernières années du nombre d’entreprises nouvellement créées qui ne respectaient pas la loi. » C’est ce qui ressort des contrôles effectués sur le terrain par les caisses de MSA qui en ont la charge.

La formation débute le 14 novembre

Face à cette situation, l’arrêté ministériel du 4 mai 2015 a créé une nouvelle formation en gestion d’entreprise forestière « pour permettre aux personnes ayant une expérience professionnelle mais pas de diplôme de niveau 4 d’exercer ce métier. » En Bretagne, cette formation de 150 heures, « dont une semaine obligatoire de mise en situation en entreprise », est dispensée par la MFR de Loudéac. La première session va se dérouler du 14 novembre au 14 décembre.

Recherche candidat
La formation est dispensée à des groupes de 12 personnes. Il reste quelques places pour la première session en novembre. Contact : 02 96 66 18 24

« Elle s’adresse aussi bien aux personnes souhaitant créer ou reprendre des entreprises de travaux forestiers ne présentant pas le niveau d’étude spécialisée minimum requis qu’aux gérants exerçant déjà mais devant se mettre en conformité avec la réglementation », explique Éric Jaffrot, directeur de la MFR. Un établissement qui a l’avantage d’être central d’un point de vue géographique en Bretagne et d’avoir une expertise sur la question puisqu’il propose déjà un Bac pro et un BTS Forêt (des diplômes qui donnent d’emblée l’équivalence nécessaire pour exercer le métier).

Financée à 100 %
La formation est finançable à 100 % par le Fafsea et le Vivéa, mais aussi pour les demandeurs d’emploi grâce au soutien du Conseil régional.

Un mois pour lever la présomption de salariat

Pour acquérir la capacité professionnelle exigée, les candidats abordent les « notions d’organisation du travail, d’hygiène, de respect de l’environnement, de sécurité sur les chantiers ; de connaissance de la filière ; de gestion technico-économique, administrative, financière et commerciale de l’entreprise ; de cadre juridique et social du travail en distinguant par exemple le contrat de travail du contrat de prestation de services ».  Vis à vis de la MSA et de l’Administration, en un mois, les professionnels (comme les paysagistes intervenant en forêt pour élaguer) ou futurs professionnels s’assurent de « la levée de présomption de salariat » leur permettant ainsi d’exercer en toute liberté.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer