Economie, marchés et gestion

Le Document unique met sur la voie de l’amélioration continue

À la SCEA du Bourdonet, l’arrivée d’un apprenti a décidé Mickaël Lescouët à  rédiger son Document unique. Il a fait appel à un service extérieur pour profiter de l’expertise et d’un regard neuf.

Mickaël Lescouët est producteur de lait à Saint-Rieul. Il y a quelques années, il a repris seul une exploitation qui produit aujourd’hui plus de 500 000 L de lait. Depuis septembre dernier, il accueille sur son élevage Gabin Grosmaître en tant qu’apprenti. Un contrat qui le lie pour deux ans au jeune homme en formation BPREA Lait à Quintenic. Mickaël avait déjà accueilli des stagiaires auparavant, mais cet engagement à plus long terme l’a motivé à s’intéresser à la question du Document unique d’évaluation des risques (DUER) obligatoire sur toutes les exploitations agricoles accueillant de la main-d’œuvre salariée, mais aussi des apprentis ou des stagiaires.

Depuis la rédaction du Document unique, Mickaël Lescouët a disposé une paire de lunettes de protection dans la laiterie qui sert à chaque manipulation de produit chimique.
Depuis la rédaction du Document unique, Mickaël Lescouët a disposé une paire de lunettes de protection dans la laiterie qui sert à chaque manipulation de produit chimique.

« L’arrivée de Gabin a été le déclic. Je voulais de la sérénité dans le travail, ce qui passe par la sécurité. » Pour s’engager dans cette démarche, le producteur de lait a fait appel à un prestataire extérieur : « Je voulais profiter d’un œil extérieur, d’un regard neuf sur mon outil du quotidien, plutôt que de rédiger moi-même le document. J’ai trop le nez dans ma routine. » C’est donc Jean-Yves Pernes qui est intervenu. Ce dernier est technicien de prévention au Sdaec-Terralliance, structure avec laquelle Mickaël Lescouët a l’habitude de travailler pour les remplacements.

Passer les messages par l’image

Son intervention se base « beaucoup sur l’échange avec les personnes intervenant sur le site et sur la prise de nombreuses photos. » La rédaction de notes se fait ensuite. À la SCEA du Bourchonet, il a pointé l’escalier permettant d’accéder au parc d’attente qui n’est pas équipé de rampe. « Trop fréquent, c’est une source importante d’accident en salle de traite. » Mais le technicien rassure : « Sur les fermes, il existe déjà beaucoup de mesures adaptées. Mon travail est d’identifier les risques bien sûr que je consigne dans le Document unique, mais aussi à chaque fois de proposer, de suggérer des solutions. Souvent, je pioche dans ma banque d’images pour que ce soit très accessible. »

Le prix ?

Ensuite, à l’éleveur de reprendre le livret, page par page, et d’avancer « selon un principe d’amélioration continue » en se basant sur ce « véritable plan d’action ». Le Document unique est d’ailleurs fourni sur une clé USB, ainsi il est possible de le modifier au fur et à mesure des progrès réalisés en termes de prévention et de sécurité sur son exploitation.
« Il y a des points prioritaires bien sûr mais aussi des choses très simples à mettre en œuvre comme de l’affichage. Un kit d’affichage est d’ailleurs fourni lors des audits : point de rassemblement incendie, risque chimique en salle de traite, consignes de sécurité et numéros d’urgence, danger fosse, sol glissant, interdiction de fumer…  », ajoute Éric Rault, producteur de lait au haut-Corlay et président du Sdaec. « Et puis, travailler sur la sécurité, c’est parfois améliorer les conditions de travail et du coup, d’une certaine manière, la compétitivité de l’atelier. »

Protège-cardan souple sur la pailleuse

Mickaël Lescouët sort « sensibilisé » de cette expérience et n’hésite pas à se replonger dans son Document unique « aux images très parlantes » : « J’ai affiché les éléments de signalétiques nécessaires, mis à disposition des équipements de protection à l’atelier et à la laiterie. J’ai aussi découvert le protège-cardan souple alors que ce point constitue un risque énorme sur nos exploitations. Je vais en équiper la pailleuse pour allier sécurité et faciliter le graissage du matériel. »

« Les salariés sont les plus sujets aux accidents »

Jean-Yves Pernes intervient depuis maintenant un an et demi pour réaliser des diagnostics et rédactions de DUER en exploitation. Il forme aussi à la sécurité les salariés du Sdaec et de Terralliance intervenant sur les élevages, mais aussi à la demande les salariés embauchés sur les exploitations. « Les salariés, et en particulier les remplaçants, constituent la catégorie la plus sujette aux accidents. Il est nécessaire de les sensibiliser aux dangers qui existent. Leur permettre d’identifier où il y a potentiellement un risque. Pour mon travail, je travaille beaucoup à partir de photos pédagogiques prises sur le terrain. »

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer