Politique et Syndicalisme

Crise agricole : « Renforcer l’action des Normands »

Emboitant le pas aux éleveurs normands qui ont bloqué le Mont-Saint-Michel lundi 20 juillet et surtout aux agriculteurs du Calvados qui paralysent la circulation dans la région de Caen depuis hier, les Bretons sont à nouveau passés à l’action ce mardi.

En Ille-et-Vilaine, l’accès à l’Aquarium de Saint-Malo a été longtemps impossible. Dans le Finistère, des grandes surfaces ont été ciblées aux alentours de Brest et de Quimper, le trafic perturbé sur les grands axes. Du côté de Redon, des actions ont également eu lieu.

Sur ces photos, voici le départ de la mobilisation dans les Côtes d’Armor : des dizaines de tracteurs et éleveurs se sont retrouvés sur l’Aire de Carmoran en bordure de la RN 12. Peu avant 15 h, les troupes commençaient à bloquer la voie rapide dans les deux sens. Une perturbation qui pourrait durer puisque d’autres agriculteurs devraient, au fil des heures, venir prendre la relève. « En attendant une véritable prise de position de François Hollande dès demain, une prise de position ferme qui doit avoir des répercussions immédiates sur les prix aux éleveurs, nous sommes là pour renforcer l’action des Normands », expliquait Didier Lucas, président de la FDSEA 22, au pied du cortège d’engins. Mais le fameux « Plan d’urgence pour l’élevage » qui est dans les tuyaux sera-t-il à la hauteur ou ne sera-ce que de nouvelles « mesurettes » pour gommer de façon légère les difficultés de trésorerie et endiguer un peu l’endettement qui gonfle dans toutes les structures ?

Parmi les manifestants, on sent toute la détermination d’une corporation excédée. De smartphone en smartphone, à grande vitesse, une copie d’écran du site de FranceTVinfo prête à Stéphane Le Foll ces propos : « Je préfère favoriser les tomates marocaines plutôt qu’une agriculture française qui vote Front National » ou encore « les tomates marocaines ou le porc allemand (…) des produits d’une qualité exceptionnelle ». Des positions « insupportables » et « inadmissibles » pour les agriculteurs : « c’est le feu qui manquait pour allumer la mèche… », lançait même l’un d’eux. Pourtant, ce document est probablement un « fake », un faux. D’ailleurs, le ministre de l’Agriculture n’a pas hésité à envoyer un texto aux responsables costarmoricains pour démentir en criant à la « manipulation »…

En attentant des avancées concrètes, les producteurs sont organisés, dans plusieurs régions de France, pour « faire pression durant tout l’été s’il le faut » jusqu’à obtenir des décisions et des actes indispensables à la survie des campagnes. D’autres lieux de manifestation sont d’ailleurs prévus dans le département, « aujourd’hui, demain… »

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer