Economie, marchés et gestion

La génétique porcine française est reconnue à l’étranger

La société ADN tenait son assemblée générale la semaine dernière à Ancenis (44). L’occasion de mettre en avant ses ambitions à l’export et la progression des ventes de doses de ses verrats, dans un marché tendu.

Tout comme la production, la génétique française bénéficie d’une bonne image à l’étranger. La maîtrise des problèmes sanitaires est un élément primordial pour asseoir cette réputation. Les performances des reproducteurs sont reconnues. « L’interprofession est souvent interrogée pour avoir des contacts avec les opérateurs de la génétique », assure Didier Delzescaux (sur la photo), directeur d’Inaporc. « Le savoir-faire français est reconnu. Selon l’index de compétitivité qui compare les performances des différents acteurs de la filière entre 5 pays (Danemark, Allemagne, Espagne, Pays-Bas), la France arrive en tête pour les performances zootechniques ».

Une belle vitrine pour les organismes de sélection français. L’un d’entre eux, ADN, tenait son assemblée générale à Ancenis, le 29 avril dernier. L’occasion d’évoquer cette activité à l’export. 5 168 reproducteurs mâles et femelles ont été vendus par la société hors de l’hexagone en 2014 dont 3 000 vers l’Espagne, 1 000 vers la Martinique, 780 vers la Chine ou encore 270 vers l’Ukraine. Le gros des troupes est constitué de femelles Adenia et d’animaux de lignées mâles, pour l’Asie. Au total, ADN a vendu 44 600 cochettes en 2014, soit un peu plus qu’en 2013. Le nombre de femelles diffusées en contrat d’auto-renouvellement ou produites sous licence à l’étranger continue de progresser. 959 verrats ont été vendus en 2014, essentiellement de race Piétrain. Les ventes de Rekor sont en augmentation. Les ventes de doses de semences de verrats ADN progressent de 12 % en 2014, dans un marché tendu.

Génomique Landrace

En parallèle du programme de sélection génomique Utopige (détection des odeurs de mâles), un travail ambitieux sur la population Landrace débute : 1 000 animaux, verrats de CIA et femelles de haute valeur, vont être génotypés pour connaître leurs index sur les différents critères sélectionnés. Au mois de juin prochain, la nouvelle station de phénotypage du Rheu (35) renforcera les moyens et les outils dédiés aux programmes de recherche et de développement des entreprises de sélection adhérentes à France génétique porc (ADN, Gene+, Nucleus). Bernard Laurent

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer