Productions Agricoles

Le drone au service des cultures

Dans les outils d’aide à la décision, les drones trouvent une place de plus en plus importante. Une démonstration de ce curieux appareil était présentée à Pommerit-Jaudy (22), sur une parcelle légumière.

Certains appareils suscitent l’intérêt plus que d’autres, de par leur fonctionnement ingénieux et parfois amusant. C’est le cas du drone, petit engin volant photographiant ou filmant les parcelles. Le bassin versant du Jaudy-Guindy-Bizien avec la Chambre d’agriculture des Côtes d’Armor et le Syntec organisait une journée de découverte du système de Flying Partner, entreprise spécialisée dans la conception et la fabrication de machine aérienne. La finalité des produits de l’entreprise, dont les ateliers sont situés dans l’Eure, est surtout destinée aux inspections d’ouvrages d’art, de façade de bâtiment ou de suivi de chantier, mais s’ouvre également aux métiers de l’agriculture. Ainsi, la parcelle de carottes pourpres servant de terrain d’essai à cette journée a permis de montrer différentes applications possibles par le drone.

Chasse aux champignons

La carotte pourpre, très sensible à l’alternaria, trouve dans ce système de surveillance un moyen efficace de lutte. « La culture, utilisée pour la production de colorants alimentaires, reste très sensible à cette maladie. Sans intervention fongicide dans un délai de 48 h et en cas de foyers importants, la parcelle peut être décimée. Les drones simplifient grandement la surveillance. Aujourd’hui, les traitements systématiques se font de manière hebdomadaire en préventif. Avec ce procédé, de multiples photos sont prises par vol. Des applications, avec par exemple des coupures de tronçon du pulvérisateur pour raisonner les traitements, sont envisageables. Un vol de surveillance par semaine serait idéal », souligne Sylvain Le Floch, conseiller agronome à la Chambre d’agriculture des Côtes d’Armor.

De multiples applications

Le conseiller poursuit : « Avec les drones, de nombreuses applications sont possibles. Il devient plus simple de détecter des foyers de rouille sur céréales, de mildiou sur pomme de terre. Les cultures légumières peuvent aussi être pilotées par le système. Pour anticiper les chantiers de récolte de brocoli, le drone peut distinguer les plants ayant un diamètre de 13 cm afin de prévoir les besoins en main-d’œuvre. Enfin, sur les prairies, les photos aériennes peuvent localiser les zones à rumex, pour ensuite traiter localement la parcelle à l’aide d’un quad ». Les clôtures pourront être aussi surveillées.

L’appareil, pesant moins de 4 kg, est un modèle de technologie. « L’appareil photo est monté sur une tourelle pour une bonne stabilisation et reste en vol toujours orienté vers le sol. Le drone peut sortir à partir du moment où le vent est inférieur à 70 km/h. Si ce vent est irrégulier, le drone compense, les rafales de vent sont plus difficiles à gérer. La prise de photos peut être manuelle ou effectuée grâce à l’intervalomètre, pour prendre de nombreux clichés. La règlementation stricte nous impose en milieu rural un travail avec le drone à un rayon de 1 km maximum. En cas d’urgence, l’appareil est doté d’un parachute de sécurité », explique Christopher Sevilla, représentant la société Flying Partner. Au niveau de l’interprétation des résultats, le service proposé par Géosystème identifie des situations de stress de la plante par caméra infrarouge, mais l’application est à mettre au point. Plutôt destiné à des achats en commun, le service de survol de parcelle est proposé à un tarif entre 1 000 et 2 500 € suivant les options choisies, hors interprétation des résultats. Fanch Paranthoën

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer