Economie, marchés et gestionProductions Agricoles

La Recherche au secours des protéagineux

Le pôle agronomique de l’Ouest développe un plan d’actions pour tendre vers une plus grande autonomie en protéines dans les élevages de la région. Pois, lupins et féveroles bénéficieront d’un programme de recherche interdisciplinaire.

Les régions Bretagne et Pays-de-la-Loire produisent 70 % des porcs français, 60 % des volailles et élèvent 25 % des bovins. Pour les nourrir, elles dépendent de l’importation des matières premières riches en protéines. Principalement du tourteau de soja à un prix fluctuant mais de plus en plus à la hausse. Alors que faire ? Le Pôle agronomique de l’Ouest, à la demande des deux régions précitées, a construit un plan d’actions visant à développer la production de protéagineux. Il entend, par son programme de recherche nommé Securiprot, qui associe différentes compétences scientifiques, lever les freins techniques (maladies, salissement, ravageurs) aux cultures de pois, de lupin et de féverole. « 1 000 à 1 500 agriculteurs produisent des protéagineux grains depuis quelques années. Nous allons essayer de comprendre leurs motivations et analyser leurs pratiques en interrogeant une centaine d’entre eux. Nous ferons également un suivi de parcelles aux moments clés : levée, sortie hiver, récolte, sans interférer sur les pratiques de l’agriculteur », indique Marie-Pierre Cassagnes, du pôle agronomique. En parallèle, plusieurs travaux de recherche seront menés avec différents objectifs.

Contrer les maladies du pois

Les maladies principales du pois sont dans le collimateur du pôle agronomique. L’aphanomyces notamment, qui provoque jusqu’à 100 % de pertes. « Le progrès génétique a déjà permis de sélectionner des lignées résistantes, pas encore de variétés. Notre travail consistera à évaluer l’efficacité des associations variétales », indique Anne Moussart, de l’Inra. Pour l’ascochytose, qui provoque jusqu’à 40 % de pertes et dont la principale méthode de lutte est un traitement fongicide, le projet prévoit de travailler sur les associations d’espèces (pois-céréales). « Connaître le rôle de l’architecture du couvert sur le développement épidémique pour, au final, conseiller le producteur sur le choix des associations ». Les essais et le suivi des cultures pures ou des associations sera réalisé sur de nombreuses parcelles, pendant deux ans. L’anthracnose du lupin fera également l’objet de travaux de recherche. « Caractériser les souches du champignon pathogène, évaluer les niveaux de résistance, mieux connaître le cycle infectieux ».

Trois insectes visés

L’IGEPP (Institut de Génétique, environnement et protection des plantes), travaillera, dans le cadre du programme, à l’acquisition de connaissances sur les organismes ravageurs, les dégâts associés, leurs ennemis naturels et les pratiques de protection. Trois insectes sont visés : la sitone du pois qui pourrait se développer à l’avenir en raison du changement climatique, le puceron vert du pois et le puceron noir de la fève, trop peu étudiés jusqu’à présent. Les effets des associations de plantes seront analysés. « Nous voulons étudier l’effet de protection des barbes de l’orge sur les ravageurs ou de celui, bénéfique, du blé dans la lutte contre le puceron vert du pois, par exemple », explique Bruno Jaloux, chercheur à l’institut. Un réseau de producteurs sera constitué pour un suivi régulier sur deux ans (piégeage, identification, notation).

Lutter contre les adventices

De nouveaux itinéraires techniques seront mis à l’épreuve, chez des agriculteurs et sur des plateformes d’essais, pour contrôler la pousse des adventices. « Produire un lupin, par exemple, avec une céréale comme plante compagne qui aura pour fonction de couvrir le sol en concurrençant les adventices, et au final, obtenir le meilleur rendement possible en lupin », précise Joëlle Fustec, responsable de recherche du groupe Esa. L’objectif, dans ces essais, est aussi de mieux connaître le fonctionnement du lupin en culture pure, puis en association (évaluation variétale, qualité des protéines, rendements).

Fourrages

Securiprot n’est que l’un des 4 axes de recherche développés par le pôle agronomique de l’Ouest pour augmenter la production de protéines locales. Les autres volets concernent l’autonomie protéique des élevages laitiers et allaitants (production de luzerne, de mélanges fourragers ou encore prolongement de la productivité des prairies), le développement des cultures du soja et du tournesol et enfin la valorisation de la protéine par l’animal. Rendez-vous dans quelques mois pour les premiers bilans. Bernard Laurent

L’avis de Jean Raimbault, Ingénieur Cetiom

Le soja est une culture tropicale mais les variétés ont évolué. Certaines d’entre elles sont désormais cultivables en Angleterre. L’ambition, à moyen terme, est de trouver des zones en Bretagne où la somme de températures serait suffisante pour produire du grain. Dans un premier temps, il faut envisager le soja en culture dérobée. Semé en juillet, après une céréale, et récolté en ensilage. C’est un atout que beaucoup d’autres régions n’ont pas : produire plus de fourrage sans surface supplémentaire. Le tournesol semble plus intéressant, dans cette optique de culture en dérobée. Son cycle est plus court et sa richesse en protéine est élevée, en ensilage. Les mélanges maïs-soja ne donnent pas de bons résultats. Si le maïs se développe correctement, il étouffe le soja.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer