Productions Agricoles

La ration des vaches sous surveillance

Keenan propose désormais le service In Touch, pour surveiller à distance tous les mélanges de ses clients, au quotidien.

Depuis le lancement de ses boîtiers Pace en 2009, Keenan, le spécialiste irlandais de la mélangeuse à pales, accumule toutes sortes de données relatives aux rations de ses clients. Cet équipement embarqué sur les machines est capable non seulement de piloter et d’enregistrer toutes les informations concernant la préparation (nature des ingrédients, quantités, ordre d’incorporation, temps de mélange, nombre de tours du rotor…) de l’alimentation mais également de les transmettre vers les nutritionnistes de la marque verte. Dans les versions les plus récentes, le Pace procède même à un envoi automatique grâce à un modem intégré. « Avec environ un millier d’exemplaires dans la nature, la France est d’ailleurs le pays où ce système est le plus présent. Désormais, une machine vendue sur deux est équipée du boîtier », raconte François Derot, directeur de Keenan France.

Un million de vaches de 25 pays dans la base

Ainsi connectée à un bon nombre de ses clients à travers le monde, la société a créé une gigantesque base de données relative à la qualité et à la structure de la ration complète mélangée s’appuyant « sur plus d’un million de vaches dans 11 000 fermes de 25 pays ». « Avec les mêmes ingrédients, il est possible de réaliser un gâteau de différentes manières avec des résultats très variables. Au fil du temps, l’analyse et la comparaison des données nous a permis de déterminer quelle était la meilleure recette pour le réaliser : ordre d’incorporation, temps de mélange, quantité… Avec toujours à l’esprit de respecter la fibrosité, d’atteindre la meilleure structure de mélange pour obtenir la meilleure efficacité alimentaire possible », explique John McCurdy, en charge de la recherche et de l’innovation au siège de la maison mère irlandaise. Ce dernier fait partie de ceux qui ont développé le nouveau service In Touch qu’inaugure aujourd’hui Keenan.

C’est une nouvelle étape de valorisation de toutes ces connaissances : la liaison en continu entre les fermes et sa plate-forme informatique de Kilkenny en Irlande va désormais permettre de surveiller les mélanges de chaque éleveur utilisateur, tous les jours. Le réseau informatique central est capable de s’alarmer quand, sur une ferme reliée, certains des 20 critères (ingestion, vitesse du rotor, baisse de production, dépassement de la quantité de protéine introduite…)  surveillés évoluent de manière remarquable. Il génère alors un « ticket », c’est-à-dire une alerte, qui va s’afficher sur l’écran du nutritionniste en charge de la surveillance. Sa mission est alors de refermer ce ticket en trouvant une solution au problème, généralement en contactant l’éleveur par téléphone pour faire le point avec lui. Le nutritionniste habituel de l’exploitation est également prévenu. « L’idée est d’avoir une utilisation vivante des données pour être extrêmement réactif pour apporter une correction si nécessaire et ne surtout attendre qu’une baisse de lait généralisée ou de GMQ mette enfin la puce à l’oreille à l’éleveur. »

In Touch opérationnel en France

« Pour valoriser ce Big Brother de l’alimentation des vaches, nous inaugurons le mois prochain un centre d’appel dans nos locaux de Dol-de-Bretagne (35), explique François Derot. Un nutritionniste expérimenté sera dédié à la surveillance des alertes. Le développement du service In Touch devrait s’accélérer à travers des partenariats. Une dizaine d’entreprises s’y intéressent déjà : laiteries, fabricants d’aliment, apporteurs de services en élevage… De plus, Keenan va proposer le boîtier Pace et son service nutrition pour toutes les mélangeuses du marché ».

Premiers tests en France menés cette semaine

Alors que les exploitations ne cessent de grandir, que les intervenants en charge de l’alimentation varie (associés, salarié, remplaçant, stagiaire…) et que de nombreux critères peuvent évoluer (puissance du tracteur qui entraîne la machine, changement de silo, de foin…), grâce à In Touch, la ration mélangée est sous haute surveillance. « Sans cesse, ce qui est fait dans l’élevage est comparé à ce qui devrait être fait pour obtenir le meilleur mélange. » In Touch fonctionne déjà depuis un an avec 1 000 élevages irlandais et anglais connectés. En France, les premiers tests sont prévus cette semaine. Le service, prix du boîtier inclus, devrait se chiffrer à 5 750 € pour trois ans de suivi. Toma Dagorn

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer