Un engagement progressif dans le désherbage mécanique

15832.hr - Illustration Un engagement progressif dans le désherbage mécanique
La collectivité Eau du Bassin Rennais accompagne les agriculteurs à la mise en place de désherbage mécanique sur maïs.

Depuis plus de 10 ans, Alain Reslou travaille sur la réduction des produits phytosanitaires sur son exploitation. En 2022, il a participé à la campagne de désherbage mécanique alterné sur le bassin versant Rance & Frémur et recommence cette année. Basée à Quédillac, l’exploitation d’Alain Reslou s’appuie sur 94 ha en polyculture-élevage avec un atelier porc : naisseur-engraisseur jusqu’en 2018 et aujourd’hui engraisseur uniquement. L’éleveur est adhérent au Ceta 35 et fait partie d’un groupe d’échanges techniques Écophyto depuis une vingtaine d’années qui lui permet d’acquérir plus d’autonomie dans sa prise de décision et de continuer sa formation. C’est aussi ce qui l’a amené à tester le désherbage mécanique sur son exploitation. Il a commencé il y a un peu plus de 10 ans par réduire les doses des produits phytosanitaires utilisées sur ses cultures. Ensuite, il a débuté le désherbage mécanique en s’appropriant la technique du binage : il faisait un désherbage chimique vers 3-4 feuilles du maïs puis un binage vers 8 feuilles. Les coûts étaient légèrement supérieurs avec le binage mais le rendement obtenu restait inchangé et la quantité de produits phytosanitaires utilisés était bien diminuée. Cela l’a donc amené à poursuivre et approfondir la pratique du désherbage mécanique. En 2021, Alain Reslou s’est engagé dans la campagne de désherbage mécanique alterné (= objectif : au moins le 1er passage en désherbage mécanique) proposée dans le cadre des actions de bassin versant du contrat territorial Rance & Frémur. Cependant, compte tenu des conditions météorologiques qu’il n’estimait pas optimales, il a préféré reporter son engagement à l’année suivante. En 2022, il s’est donc relancé avec un accompagnement technique de la Chambre d’agriculture de Bretagne, en engageant 8 ha (dont 5 financés). Une aide de la collectivité Eau du Bassin Rennais Un premier passage de houe a été réalisé quelques jours après le semis…

Cet article est réservé
aux abonnés numériques

Je me connecte


Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article