CulturesIlle-et-Vilaine

Chute des rendements et de la valeur des maïs

Les fortes chaleurs et la sécheresse de cet été ont entraîné une baisse des rendements de 15 à 40 % des maïs ensilage sur l’Ille-et-Vilaine. Les stocks ainsi que la valeur alimentaire sont directement impactés.

« Les premières estimations de cubage des silos de maïs ensilage confirment la chute moyenne de 2 à 5 t de matière sèche (MS) par hectare en comparaison à une année normale, mais cette baisse est très variable selon les exploitations. Les rendements sont compris entre 7 et 12 t MS/ha, avec certaines parcelles supérieures à 15 t MS », précise Loïc Quéméré, directeur technique Eilyps, dans une communication.

15 % d’éleveurs en difficulté en fin d’hiver

« Si 50 % des élevages ont gardé une bonne sécurité à l’issue des ensilages 2022, un tiers d’entre eux vont être confrontés à un risque de déficit pour l’été prochain et 15 % auront des difficultés dès la fin de l’hiver », prévoit-il. Un pronostic qui sera plus ou moins atténué selon l’année fourragère 2023 et la pousse automnale.
Concernant les valeurs alimentaires des maïs, les premières analyses donnent des taux d’amidon inférieurs de 8 à 12 % ou plus par rapport aux années précédentes. On retrouve des maïs encombrants, avec des digestibilités en baisse et des UFL nettement moins élevés qu’en année normale.
« La quantité de lait permise va donc être réduite cette année. » Le responsable conseille aux producteurs de réaliser un diagnostic silo pour connaître la densité et anticiper la gestion des stocks et d’analyser les fourrages.

Apporter de l’énergie ?

Densifier la ration sera possible via l’apport de sources énergétiques peu encombrantes avec des glucides très fermentescibles (orge, blé, triticale, maïs grain broyé / humide, maïs épi ou de l’aliment liquide riche en sucre). L’objectif est « d’améliorer via cet investissement en concentré supplémentaire la marge sur coût alimentaire ».
Le risque acidose devra être pris en compte. Et il faudra veiller à respecter les équilibres nutritionnels pour éviter les maladies métaboliques. Loïc Quéméré conseille aussi de faire analyser régulièrement son fourrage pour travailler au mieux les rations. L’efficacité alimentaire peut également être surveillée via l’analyse des acides gras proposée par Eilyps.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer