Embauche d’un alternant : du nouveau sur les aides

12856.hr - Illustration Embauche d’un alternant : du nouveau sur les aides

L’employeur qui embauche un apprenti ou jeune en contrat de professionnalisation a droit à une aide de 5 000 ou 8 000 €. Cette mesure est prolongée jusqu’à fin 2022. Elle devait prendre fin au 30 juin 2022. Finalement, l’aide exceptionnelle à l’embauche d’un alternant sera prolongée jusqu’au 31 décembre 2022. En effet, avec 718 000 contrats signés en 2021, soit une hausse de 37 % après déjà 42 % en 2020, le gouvernement a réaffirmé son objectif de développer l’apprentissage et vise le million de contrats signés en 2022. Recrutements éligibles Les exploitants peuvent bénéficier de l’aide exceptionnelle en recrutant un apprenti ou un jeune âgé de moins de 30  ans en contrat de professionnalisation. Ce jeune doit préparer un diplôme ou un titre à finalité professionnelle équivalent, au plus, au niveau Bac + 5 (master). Il faut noter que c’est la date de conclusion du contrat qui détermine l’éligibilité à l’aide exceptionnelle. Montant de l’aide Au titre de la première année d’exécution du contrat d’apprentissage ou de professionnalisation, l’aide est accordée pour un montant de 5 000 € maximum pour un mineur, 8 000 € maximum pour un majeur. Si le jeune atteint l’âge de 18 ans au cours de la première année de son contrat, le montant de l’aide est revalorisé sur le nombre de mois restant, à compter du 1er jour du mois suivant sa date anniversaire. Pour les années suivantes du contrat, les employeurs d’apprentis peuvent bénéficier de l’aide unique à l’apprentissage. Son montant est de 4  125  € maximum pour la 1re année du contrat (notons que ce montant n’est pas cumulable avec l’aide exceptionnelle de 5 000 ou 8 000  €), 2 000 € pour la 2e  année et 1 200 € pour la 3e année. L’aide unique est réservée aux contrats destinés à préparer un diplôme équivalent au…

Cet article est réservé
aux abonnés numériques

Je me connecte


Tags :
Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article