EditoSur abonnement

Signaux contradictoires

Promis, les choses allaient changer. Plus question en effet de risquer une rupture d’approvisionnement alimentaire. Le président de la République s’en était ému en mars 2020 : « Déléguer notre alimentation à d’autres serait une folie ». Puis, le ministre de l’Agriculture avait enchaîné : « Il n’y a pas de pays fort sans agriculture forte ». On allait voir ce que…

Cet article est réservé aux abonnés numériques.
Pour lire la suite…
Connectez-vous ou Abonnez-vous

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer