DécouvertesIlle-et-Vilaine

Vivre de la Nantaise

Depuis son installation en 1989, Laurent Chalet fait évoluer sa ferme vers une rentabilité économique uniquement basée sur la race nantaise. Aujourd’hui, son fils Alexandre le rejoint pour une transmission progressive.

« J’avais gardé dans mes souvenirs d’enfant l’image de Rochette et Dalida, les deux dernières vaches nantaises sur l’exploitation de mes parents dans les années 70 », raconte Laurent Chalet. La race avait cédé la place à des Hollandaises pie-noir et quelques Normandes, plus « modernes », puis à des Limousines pour faire de la viande. Lui ne voulait que d’une ferme avec des Nantaises. « Lors de mon BTS productions animales au Rheu, les cours ne parlaient pas des races locales, des systèmes autonomes et économes. Je me suis formé moi-même en regardant l’agriculture promue par des paysans comme André Pochon ou René Bodiguel… »

dd7969.hr

« Une race en adéquation avec mon territoire »

« Quand je me suis installé sur l’exploitation familiale, j’ai souhaité prouver qu’on peut gagner sa vie avec la Nantaise. Cette race est en adéquation avec mon territoire. Les deux premières génisses, Légende et Licorne, sont arrivées en 1995. » Après une dizaine d’années et d’autres achats d’animaux, le troupeau s’est agrandi pour aujourd’hui compter 40 mères. La reproduction est assurée par deux taureaux de monte naturelle et 5 à 6 IA chaque année pour « la diversité génétique et faire vivre le travail de sélection autour de la race. » Appréciant la fertilité et les qualités maternelles de ses vaches, l’éleveur axe sa sélection sur la production laitière, pour bien nourrir les veaux, et sur les fonctionnels.
La SAU compte 80 ha, en prairies multi-espèces principalement plus 4 ha de mélange céréalier et 1,5 ha de lupin jaune. « Les céréales et le lupin sont donnés aux bovins en finition. Je n’achète qu’un peu de tourteaux de lin pour la santé des animaux. » Il n’y a pas d’ensilage, ni soja sur l’élevage. « L’herbe est consommée en pâturage (tournant) ou en foin. »

100 % en circuits courts

La vente directe s’est imposée pour valoriser les produits de l’exploitation : des veaux rosés sous la mère de 6 mois (environ 16 par an), des bœufs de 5 ans (7/an) et des réformes âgées souvent de plus de 10 ans (3 à 4/an). Cette race à croissance lente donne une viande d’un goût très apprécié des consommateurs, que les agriculteurs vendent 14,50 €/kg pour un colis de viande bovine et 16 €/kg pour du veau. « Nous faisons maturer la viande de bœuf trois semaines avant découpe pour la tendreté. » La viande est aussi commercialisée auprès de boucheries et de restaurants dont un ayant un chef étoilé à Nantes (Lulu Rouget). « Avec la crise sanitaire et la fermeture des restaurants, nous avons mis en place des livraisons. La situation demeure compliquée… ».

dd7970.hr
Déesse, mascotte de la dernière Fête de la vache nantaise, sous le bar à huîtres utilisé lors de l’événement, rénové par des bénévoles.

Installation en Gaec

L’installation d’Alexandre n’est pas remise en cause pour autant avec un Gaec en vue pour début 2022 qui devrait durer 5 à 7 ans. « La SAU devrait s’agrandir et le cheptel passer à 60 mères », souligne le jeune de 24 ans qui souhaite rester en Gaec par la suite pour conserver une vie sociale et des vacances.
« Nous allons aménager un espace plus fonctionnel pour l’alimentation des veaux de boucherie, en tétées contrôlées deux fois par jour. Et nous pourrons passer en plein air intégral pour les bœufs sur le 2e site. Cela améliorera leur confort. »
Pour le moment, Laurent Chalet est le seul éleveur à ne vivre que des Nantaises. Mais les effectifs de la race se sont accrus ces dernières années pour aujourd’hui dépasser 1 000 femelles détenues par 106 éleveurs. Le renouveau est bien enclenché.

Une race qui a failli disparaître
Robe de ton froment plus ou moins gris perle, muqueuses claires, belles cornes aux extrémités noires. La Nantaise est élégante. Localisée en Loire-Atlantique et autour de Redon, elle a failli disparaître dans les années 70 comme d’autres races locales. En 1974, le parc naturel régional de Brière entame le renouveau de la race en achetant un troupeau de Nantaises. En 1986, les animaux sont recensés et un plan de gestion génétique est défini. 59 femelles à dominante nantaise sont alors repérées. En 1987, le premier taureau nantais – Rium – entre en centre d’insémination artificielle. Le balayage a ensuite permis de stocker des doses issues de 19 taureaux.

Faire reconnaître la race dans une ambiance festive

Créée en 1991, l’association de promotion de la race nantaise a commencé par développer des actions de relance génétique (achat de taureaux, collecte embryonnaire, visites d’élevages…). Pour faire reconnaître davantage la race, Laurent Chalet, alors président de l’association, a lancé en 1997 la première Fête de la vache nantaise au Dresny, à deux pas de chez lui. Plusieurs éditions ont suivi, drainant à chaque fois plus de monde et incluant d’autres races locales. C’est d’ailleurs lors de l’édition 2010 qu’est née l’idée de la Fédération des races de Bretagne à laquelle adhère la Nantaise. « Lors de la 8e édition en 2018, 60 000 visiteurs sont venus à la rencontre de professionnels agricoles, d’acteurs de l’alimentation et d’élus ayant engagé une transition pour répondre à l’urgence écologique et construire un autre équilibre économique… ».
À découvrir sur internet : www.vachenantaise.fr.

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer