Economie, marchés et gestion

Mieux protéger son exploitation face aux aléas climatiques

D’année en année, les dégâts causés par les événements météorologiques pèsent de plus en plus sur les récoltes et les exploitations. Quels sont les outils pour se protéger de ces risques ?

Sécheresses en été, inondations en hiver, intempéries plus fréquentes et plus intenses (orages, tempêtes, grêles…), l’agriculture souffre déjà depuis plusieurs années du dérèglement climatique lié aux émissions de gaz à effet de serre. Les agriculteurs doivent désormais faire preuve de résilience, c’est-à-dire adapter leur activité au réchauffement des températures. Pour ce faire, ils disposent de quelques outils tels que des aides mises en place par le gouvernement ou bien les assurances récolte.

Une aide pour la protection des cultures face au changement climatique

À travers l’aide aux investissements de protection face aux aléas climatiques, (une enveloppe de 100 millions d’euros), l’État accompagne les agriculteurs avec le financement de dispositifs de protection. Le but est notamment de soutenir l’achat de matériels du type filets paragrêle, dispositifs de stockage des eaux de pluie, tunnels d’hivernage…
Dans la mesure où les offres des assurances pèsent tout particulièrement sur leur trésorerie, il faut savoir que les filières arboricoles et viticoles sont particulièrement visées par ce dispositif. Pour bénéficier de l’aide, les utilisateurs d’agroéquipements en production agricole doivent en faire la demande dématérialisée sur le site FranceAgriMer. Dans la limite des crédits disponibles, ils ont jusqu’à la fin de l’année 2022 pour déposer leur dossier.  

Que valent les assurances récolte ?

Pour mieux prendre en compte le risque climatique, l’assurance récolte fait partie des autres outils disponibles. Dans la mesure où elle permet d’ajouter un filet de sécurité supplémentaire, cette assurance est un levier que le chef d’exploitation peut choisir de mettre en œuvre. En règle générale, les compagnies d’assurances proposent deux grands types de contrats : le contrat par groupe de cultures et le contrat à l’exploitation.

AIDES PAC ET ASSURANCES RÉCOLTE
Chaque exploitation présente ses spécificités et il convient de choisir le contrat le mieux adapté en gardant toutefois en mémoire que, pour être éligible à l’aide de la Pac, les contrats doivent obligatoirement être souscrits auprès des assureurs qui respecteront le cahier des charges imposé par le gouvernement. Ces contrats ont notamment l’obligation de couvrir un minimum de risques définis. Le plus souvent, ces risques sont la sécheresse, les excès de températures, les coups de froid, le gel ou encore la tempête. L’aide de la Pac consiste en une prise en charge des cotisations de l’assurance récolte, jusqu’à 65 % si le contrat est éligible.

Dorothée Rousval / Cogedis

Mots-clés

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer