Edito

Mercuriales

Les illusionnistes de l’été se sont ramassés. Ceux-là même qui s’extasiaient du « rebond exceptionnel » de la consommation après le confinement. Ceux-là même qui tentaient de persuader qu’une baisse de PIB de 8 ou 9 points n’était finalement qu’un coup de mou passager. Aux indicateurs économiques « officiels » sans cesse corrigés, d’autres indicateurs plus discrets, directement issus du terrain, affichent sans fard la vérité de la situation. Ainsi, chaque semaine, les mercuriales – mot hérité de Mercure, le dieu des marchands – de Paysan Breton constituent un bon baromètre économique. Et que lit-on depuis quelques semaines ? Qu’économiquement, la France rentre dans le dur et que l’agriculture, qui s’est un temps crue à l’abri, ne sera pas épargnée par la Covid-19.

En témoigne le marché du jeune bovin complètement déprimé ; celui du broutard qui souffre de la panne du moteur d’exportation italien ; quant à la réforme laitière, elle est sous pression des industriels eux-mêmes confrontés à une consommation frileuse. Enfin, le veau de 8 jours fait l’objet de prix dérisoires : certains petits noirs… partent au prix d’un « petit noir » pris place l’Opéra à Paris. Intolérable.
Comme à chaque fois, les macro-économistes ont leur solution d’une simplicité désarmante : réduire le cheptel. Faute de débouché pour une grande partie du million de broutards exportés chaque année, il faudrait « rééquilibrer » le cheptel allaitant et réserver le marché de la viande bovine au sous-produit du lait : les vaches de réforme. A ce jeu-là, l’abattage des 129 000 vaches allaitantes bretonnes qui représentent seulement 3 % de la production nationale ne suffirait pas… Et quid de l’aménagement du territoire et des défis environnementaux intimement liés au maintien des prairies.

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi...
Fermer
Bouton retour en haut de la page
Fermer