Ille-et-VilainePolitique et Syndicalisme

La Conf’ dénonce l’artificialisation excessive

Le 8 septembre, la Confédération paysanne d’Ille-et-Vilaine s’est rendue sur la commune de Beaucé où un projet d’artificialisation de terres pour un magasin Grand Frais rencontre une opposition de la population et de nombreux élus.

« En moyenne, 55 000 ha sont artificialisés chaque année en France, et sur le pays de Fougères, ce sont 500 ha retirés à l’agriculture en 10 ans ! Cette vieille tendance doit disparaître », a souligné Sébastien Vétil, membre du bureau de la Confédération paysanne 35 et élu à la Chambre d’agriculture 35.

Reclasser en zone agricole

Le syndicat demande aux parlementaires bretons de se saisir de cette question et d’exiger au plus vite la loi foncière évoquée par le président Macron. « Les incohérences entre la spéculation foncière et l’usage réel des terres doivent cesser : nous souhaitons que les zones AU, c’est-à-dire ‘à urbaniser’, de plus de 6 ans et non construites soient reclassées en zone agricole. » Le syndicat propose aussi que les promoteurs, les enseignes commerciales ou les collectivités qui feraient un effort de protection des terres agricoles (remettre en culture, densifier la ville) bénéficient d’une fiscalité avantageuse.

Angeline Dubois, jeune installée du pays de Fougères, a apporté son témoignage : « Le foncier, c’est ce qui a été le plus compliqué dans mon installation. Le prix des terres a explosé et tous les propriétaires m’ont demandé de racheter les parcelles à mon installation… un investissement énorme que je ne peux pas réaliser toute seule. Les élus ont un vrai rôle à jouer pour soutenir les projets agricoles. »

Prioriser l’installation dans le schéma directeur

Charlotte Kerglonou-Mellier, porte-parole de la Confédération paysanne 35, confirme : « Il faut s’accrocher pour s’installer ! Sur les 536 personnes ayant pris contact au Point accueil installation de la Chambre d’agriculture en 2019, seulement 122 ont abouti. » Le syndicat propose de « changer rapidement certaines règles et prioriser l’installation sur le Schéma directeur régional des exploitations agricoles. Nous devons favoriser l’installation de personnes non issues du milieu agricole ou de plus de 40 ans, par la suppression du critère de l’âge pour les aides à l’installation et l’augmentation de l’enveloppe CPI permettant de faire des stages sur les fermes. »

Mots-clés

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer