Découvertes

Une reconnaissance qui nous rend fiers !

Son métier est très souvent sous le feu des critiques, et l’agriculteur doit souvent s’adapter aux nouvelles attentes sociales. Même si dans les campagnes, la jeunesse est parfois découragée par une conjoncture difficile, ce n’est pas le cas partout : à Ploumagoar, par exemple, on retrouve Vincent Monjaret, 22 ans, tout juste installé, et pour qui « c’était une évidence de persister dans le milieu agricole. »

Il y a à peine deux ans, suite à un drame familial, Vincent se retrouve à la tête d’une exploitation bovin viande et d’une entreprise de transport de farine. Ce drame motive encore plus Vincent à reprendre les activités de son père. « Tout petit, dès que j’en n’avais l’occasion, j’allais à la ferme ; j’ai toujours su que c’était ce métier que je voulais exercer  ». On devine chez Vincent une passion qui est présente sur bon nombre d’exploitations agricoles et qui aide généralement à tenir en temps de conjoncture difficile. « Il est vrai que ce n’est pas simple tous les jours mais pour moi, c’était une évidence ».

Plus qu’un métier, une passion

Un sentiment qui flotte dans la tête de beaucoup de jeunes ; Vincent affirme également que malgré son jeune âge et son installation précoce il vit comme les autres. « Dans l’esprit de beaucoup de jeunes, l’agriculture rime avec beaucoup d’heures de travail, peu de temps libre, sans vacances ni week-ends. J’ai effectué des investissements, j’ai revu l’organisation de travail. Aujourd’hui avec tous les moyens mis en place, je vis et je me dégage autant de temps que mes amis qui ne sont pas dans le monde agricole ». Il n’oublie pas de nous rappeler tout de même que parfois « en saison, les journées sont longues mais ça fait partie de la passion. » Aujourd’hui il fait un constat : « l’agriculture est parfois décriée par le grand public, mais l’agriculture reste la base de la production alimentaire, sans agriculteurs il n’y aurait pas à manger tout simplement. Nous nourrissons la population, il y a un avenir dans l’agriculture, j’en suis persuadé ! ».

Des choix forts mais assumés

Vincent gère donc aujourd’hui une exploitation de 60 mères allaitantes Blonde d’Aquitaine avec une SAU de 110 hectares en agriculture biologique ainsi qu’une entreprise de transport de farine. Il emploie 5 salariés en permanence, et jusqu’à 10 en saison. «  C’est vraiment encourageant de voir qu’à 22 ans on peut gérer autant de monde, cela me rend encore plus fier de constater que j’en suis capable quand le travail est bien fait  ». Pendant ses études, juste avant son installation, Vincent se pose la question des attentes sociétales qui sont pour lui une des clés de réussite de la relation au consommateur. «  En plus d’être à la base de l’alimentation des humains, on doit sans cesse s’adapter à leurs attentes ». Vincent a donc décidé de poursuivre dans la continuité de son père en agriculture biologique, et d’augmenter la part de la vente directe. « Je veux vraiment produire une viande de qualité, recevoir le consommateur sur mon exploitation, lui expliquer mon métier, lui vendre ma viande et avoir un retour positif de sa part. C’est vraiment ce que je recherche, cela m’encourage vraiment à continuer dans ce sens ».

Aujourd’hui Vincent espère pouvoir augmenter encore la part de la vente directe car pour lui, c’est une réelle satisfaction de savoir où va sa viande, par qui elle est consommée, et d’avoir un retour positif. « Au-delà de la passion, une reconnaissance du consommateur me rend très fier des choix que j’ai faits, d’avoir repris l’exploitation de mon père, de me lever le matin pour aller travailler et d’être agriculteur ». Un projet cohérent qui nous montre que les jeunes restent déterminés, et que l’agriculture a toujours un grand avenir devant elle.

Thibault GUILLOU pour la classe de BTS Acse1A
Ont également contribué au travail d’enquête : Gwenaël PHILIPPE – Tanguy GLEMAREC – Victor KERSCAVEN

Présentation BTS ACSE Pommerit
Le Lycée POMMERIT, c’est un lieu de formation varié, qui accueille tous les ans 900 jeunes de la 4e à la Licence Professionnelle, dans des filières générales, technologiques, professionnelles, par la voie scolaire ou l’apprentissage. Le BTS ACSE permet d’appréhender de manière globale les métiers de l’agriculture, en formant les étudiants aux métiers de la gestion et de la comptabilité agricole. Conciliant les approches technique, agronomique, économique, environnementale et humaine, il prépare les étudiants à orienter les entreprises vers une meilleure cohérence des systèmes, en réponse aux enjeux sociétaux. Un module d’accompagnement individuel, ainsi qu’un large choix de 7 enseignements optionnels et de 6 MIL, permettent à chaque jeune d’y construire son projet professionnel et personnel.
Mots-clés

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer