Une politique brésilienne hostile aux petits paysans

bresil deforestation - Illustration Une politique brésilienne hostile aux petits paysans

Les violences et les assassinats de leaders paysans qui défendent leurs terres se sont accentués depuis l’investiture de Bolsonaro, selon Floriane Louvet, du CCFD-Terre solidaire. « Le nouveau président brésilien a fait de la dérégulation environnementale un axe politique majeur », déplore la chargée de mission du CCFD*, intervenante au forum social local, à Baud. Le modèle économique dominant est basé sur une exploitation intensive des ressources naturelles. Projets miniers et monoculture du soja s’étendent. « Le modèle agro-industriel et l’exploitation intensive des ressources naturelles ravagent les territoires ruraux. La déforestation accélérée de l’Amazonie fait peser une menace sur l’équilibre climatique de toute la planète ». Contrôle de la société En 2019, des dizaines de nouvelles autorisations de mise sur le marché de pesticides ont été accordées. Cette surexploitation, dommageable pour l’environnement, affecte les communautés rurales et indigènes. « De nouvelles lois encouragent les ventes de terres aux entreprises étrangères et aux grands propriétaires. Les communautés paysannes sont spoliées ». De fait, la concentration se poursuit : 45 % des terres appartiennent à 1 % de propriétaires. Le désir de contrôler la société civile est prégnant. « Les organisations de soutien aux populations paysannes, aux Sans terre et aux indigènes, que nous appuyons, se retrouvent face à des autorités centrales qui leur sont parfois ouvertement hostiles. Les discours nationalistes, racistes et homophobes, largement relayés dans les médias, ont aiguisé l’intolérance et les crispations ». Des espaces de dialogue entre gouvernements et société civile se sont fermés. « Nos partenaires locaux entrent en résistance et tentent de relever de nombreux défis, au premier rang desquels figurent la sécurité physique, psychologique mais aussi numérique. Ils suivent des formations pour apprendre à crypter les messages ». Beaucoup d’organisations partenaires du CCFD se recentrent sur l’action locale et s’investissent dans la construction d’alternatives et de nouvelles façons de concevoir le développement. « Leurs responsables se…

Cet article est réservé
aux abonnés numériques

Je me connecte


Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article