Élevage

Porc : Comment jugent-ils leurs maternités ?

Cases ascenseur ou en liberté, les éleveurs commencent à avoir du recul. Une enquête, réalisée par la Chambre d’agriculture, montre qu’ils sont globalement satisfaits.

Avec un pourcentage de perte sur nés vifs en baisse de 2,5 %, les éleveurs sont satisfaits de leur investissement dans des cases ascenseur. 24 élevages de 291 truies, en moyenne, ont été enquêtés dont la moitié équipés à 100 %. L’autre moitié ont 63 % de ce type de cases dans leurs maternités. « La conduite est majoritairement inchangée », indique Frédéric Kergourlay, de la Chambre d’agriculture. « Ceux qui ne sont pas équipés en totalité placent prioritairement les cochettes, les truies âgées et celles qui ont un historique compliqué dans ces cases. L’accès à la mamelle ne pose aucun problème ». L’outil apporte de la sérénité au travail. Les problèmes de fonctionnement sont rares. « L’investissement est jugé bon au regard du rapport coût-bénéfice ».

Taille des cases liberté

Cinq éleveurs ayant choisi d’équiper leur maternité de cases liberté ont également été interrogés. Ils ont opté pour ce type de cases par crainte d’une évolution réglementaire, pour redorer l’image de l’élevage et, aussi, pour améliorer le bien-être de leurs animaux. « Ils n’ont pas tous la même pratique », indique Carole Bertin, de la Chambre d’agriculture. « En fonction des élevages, les truies sont bloquées entre 2 et 5 jours avant la mise bas. Elles sont libérées 5 à 15 jours après la mise bas, une fois les soins aux porcelets réalisés. Le moment de la libération dépend de l’état corporel des petits et du comportement de la mère. » Globalement, ces nouvelles cases donnent satisfaction. « Les principales critiques concernent le temps de lavage prolongé et l’accessibilité limitée aux porcelets après libération de la truie. » Les éleveurs conseillent d’augmenter la taille des cases, au-delà de 5,8 m2, d’ajouter des trappes à déjection et des systèmes anti-écrasements. « Ils estiment que les performances techniques sont préservées mais certains d’entre eux attendent d’avoir encore un peu plus de recul pour juger. » Tous ont pris un risque ; le modèle standard européen n’ayant pas encore été défini. Ils parient sur l’avenir et l’accès au marché.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer