Economie, marchés et gestion

Indépendance et ouverture d’esprit

La troisième édition de la Conférence des Territoires s’est tenue récemment à Pacé (35). Organisée à l’initiative du Crédit Mutuel de Bretagne, cette manifestation a pour vocation de mettre en valeur les savoir-faire et le dynamisme des entreprises régionales. Contrat rempli !

« Nous sommes pleinement engagés au quotidien avec l’envie de faire avancer la Bretagne. Et je suis convaincu que lorsque la Bretagne va bien, le CMB se porte bien ! » D’emblée, Philippe Rouxel, directeur général de l’établissement coopératif et mutualiste, donne le ton. Celui d’un CMB qui vit et vibre au rythme de sa région. Un « terroir » avec lequel il a partie liée. De par son histoire, bien sûr. Mais également en raison de sa nature particulière de banque territoriale. Si la Bretagne est une région périphérique sur le plan géographique, elle possède toutefois des atouts pour faire entendre sa voix dans la compétition à laquelle se livrent les différents territoires. Parmi ceux-ci, on peut notamment citer le solde migratoire positif, l’industrie agro-alimentaire de pointe, ainsi qu’une vraie capacité à coopérer, à co-construire des solutions nouvelles, à accompagner les précurseurs de l’économie de demain.

Le groupe Arkéa, à travers ses différentes composantes, accompagne l’ensemble des acteurs économiques. De la grande entreprise à celle en situation d’amorçage, en passant par les ETI et les PME. « Il y a bientôt une dizaine d’années, rappelle Jean-Pierre Denis, président du groupe Arkéa et du CMB, nous avons fait le choix d’abandonner nos activités financières pour compte propre afin de redéployer nos moyens auprès des entreprises, via nos activités de capital-investissement. Ces métiers représentent 15 % de nos fonds propres quand la moyenne, pour les banques françaises, est de 3 à 4 %. Pour nous, en tant que banque territoriale, cela répond à une vraie logique ». D’autant que ces investissements contribuent aussi souvent à maintenir en Bretagne les centres de décision de fleurons de l’économie régionale.

Se réinventer sans cesse

Moment fort de cette Conférence des Territoires 2018, la table-ronde de chefs d’entreprise, animée par le journaliste Xavier Debontride, réunit trois dirigeants bretiliens. Directeur général de Mytilimer, Christophe Le Bihan, explique comment dans son groupe présent sur l’ensemble des métiers des produits de la mer « il faut sans cesse se réinventer ». Un impératif pour coller au plus près des attentes d’un consommateur « avec qui, demain, nous converserons directement ». À la tête d’Artefacto, Valérie Cottereau dévoile la manière dont sa société spécialisée dans la réalité virtuelle est en train d’opérer sa propre digitalisation. « Nous changeons de mission. À l’avenir, nous ne serons plus seulement des développeurs de contenu, nous proposerons aussi des solutions qui permettront à nos clients de publier directement leurs réalisations en réalité virtuelle ou augmentée ».

Joakim Rahuel a lui repris, avec son frère Thomas, la scierie familiale créée en 1921, à Combourg, par leur arrière-grand-père. « Une vieille dame qui se doit de renaître à chaque génération ». Spécialistes du bardage en châtaignier, les deux frères ont choisi d’innover en lançant une gamme de bois dont la teinte ne varie pas en vieillissant. « Nous avons pris le temps d’analyser les attentes des clients avant de proposer ce produit. Et, au final, le marché a répondu présent ! ». Pour les accompagner dans leur aventure, les deux frères voulaient une banque locale. « Et le CMB a tout de suite montré son intérêt ! La proximité change l’image et le rapport que l’on peut avoir son banquier ». Même analyse pour Christophe Le Bihan qui insiste sur l’importance « d’avoir un interlocuteur ancré sur le territoire ». Valérie Cottereau met, elle, en exergue la relation de confiance, « c’est un investissement humain des deux côtés ».

Quelque 200 personnes ont pris part à la troisième Conférence des Territoires organisée par le Crédit Mutuel de Bretagne.
Quelque 200 personnes ont pris part à la troisième Conférence des Territoires organisée par le Crédit Mutuel de Bretagne.

Rendre au territoire

Grand témoin de cette édition 2018 : Olivier Létang, le président du Stade Rennais Football Club. Ancien joueur professionnel, expert- comptable de formation, l’homme qui a rejoint les Rouge et Noir fin 2017 expose comment, dès son arrivée, il a souhaité faire muter le club dans divers domaines. « J’ai voulu redonner de la fierté à tous les amoureux du Stade Rennais ». Une transformation qui est passée par « la haine de la défaite » inculquée aux joueurs. La question de l’ancrage territorial est également présente du côté du club phare de la région. « La Bretagne est une vraie terre de football. Nous nous devons de lui rendre un certain nombre de choses ».

Outre les relations entretenues avec la multitude de clubs amateurs de son environnement, le SRFC réfléchit ainsi à la création d’une fondation. Le respect du passé, le regard tourné vers l’avenir… « C’est aussi ce que nous essayons de pratiquer, rebondit Philippe Rouxel, DG du CMB. Dans toutes les interventions entendues aujourd’hui, quel que soit le secteur d’activité concerné, j’ai noté deux points communs : l’indépendance d’esprit et la passion. L’indépendance, c’est ce qui vous permet d’avoir en main les clés de votre destin. Et la passion est toujours nécessaire pour entreprendre de grandes choses. Voilà qui nous ouvre une belle fenêtre sur l’avenir du CMB et du groupe Arkéa ! »

Jean-Yves Nicolas

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer