Economie, marchés et gestionÉlevage

Conjoncture défavorable pour le poulet de chair label

Malgré des critères de production stables, la baisse du prix moyen du poulet entraîne aujourd’hui une diminution de la marge brute en volailles de chair label.

Pour la première fois depuis 2015, la marge brute en poulet de chair label baisse au 1er trimestre 2018. Ce recul fait suite à une hausse continue entre 2015 et 2018 de 33 %. Elle est en effet passée de 26,5 €/m2 début 2015 à 35,3 €/m2 fin 2017. La baisse persistante des prix de vente (-15 % entre 2015 et 2018) aura fini par impacter la marge brute des exploitations. L’amélioration des résultats techniques n’a pas suffi pour amortir cette baisse. L’indice de consommation a diminué de 3 % sur les deux dernières années tandis que le nombre de poulets vendus par m2 a augmenté de 8 %.

+ 24 % de surface en bâtiments

La filière poulet de chair label connaît un fort développement depuis quelques années. Les surfaces en bâtiment pour ce type de production ont augmenté de 24 % entre 2016 et 2018. Des producteurs se reconvertissent également. Cet essor est en grande partie une réponse aux attentes sociétales des consommateurs, en recherche de signes de qualité. Ils se tournent de plus en plus vers des productions sous label (Loué, Janzé, Mayenne, Ancenis, Challans, Normandie, Périgord).

resultats-volaille

Baisse de la consommation

Malgré des années positives, la consommation de poulets sous label est aujourd’hui en baisse : sur le premier semestre 2018, nous assistons à une chute de 9,5 % de l’achat des ménages par rapport à la campagne précédente. Pour contrer cette diminution, la filière volaille de chair souhaite développer les signes de qualité et apporter de nouvelles offres, notamment en Label Rouge et en bio. Cette volonté fait suite au constat des États généraux de l’alimentation et de la demande des consommateurs. L’objectif de la filière est d’augmenter ses parts de marché dans la restauration hors domicile. Plus globalement, les producteurs de poulets label sont encouragés à augmenter leur production et l’accent est mis sur le développement du marché en poulet entier. Sans oublier, là aussi, la restauration hors domicile grâce aux poulets découpés, voire élaborés.

Gwenn Guillou / Cogedis

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer