DécouvertesMorbihan

Du houblon breton pour des bières de caractère

En se lançant dans la production de houblon bio en Bretagne, Romain Chemin offre une possibilité aux brasseurs bretons de créer une bière 100 % régionale. La houblonnière de 1 ha plantée cette année a donné une petite production, elle exprimera tout son potentiel d’ici 2 ans. Mais le néo-houblonnier ne compte pas attendre. Dès le mois de mars prochain, il va planter 1,5 ha supplémentaire.

Il n’a échappé à personne le fort développement des brasseries artisanales en France et particulièrement en Bretagne. Avec près d’une centaine de micro-brasseries et brasseries situées dans notre région, une demande se crée pour de l’approvisionnement local en orge brassicole, en malt mais aussi en houblon. Romain Chemin s’est lancé dans cette folle aventure de création d’une houblonnière à Allaire (56). « J’ai repris 3,5 ha de terres qui appartenaient à mes grands-parents pour concrétiser mon projet. J’ai planté 1 ha de houblon en production biologique au mois d’avril de cette année, cette surface donnera 100 % de son potentiel de récolte dans 3 ans. J’ai donc développé 1 ha de maraîchage biologique pour pouvoir générer un peu de revenu en attendant que le houblon exprime son potentiel de production et puisse être commercialisé », explique le néo-houblonnier.

Romain Chemin ne s’est pas lancé sur un coup de tête, l’ancien commercial souhaitait depuis longtemps retrouver ses racines agricoles et reprendre contact avec la terre. « Je voulais développer une culture répondant à une demande locale. J’ai eu envie de relancer la production de houblon qui se faisait en Bretagne il y a très longtemps. »

À la récolte, Romain Chemin coupe les lianes avec leur fil tuteur.
À la récolte, Romain Chemin coupe les lianes avec leur fil tuteur.

Un projet mûrement réfléchi

Le néo-houblonnier a fait des expérimentations pendant 3 ans pour être certain que le houblon s’adapte bien aux conditions pédo-climatiques de ce secteur du Morbihan. « J’ai planté 20 rhizomes de houblon de 6 variétés différentes. Les plants se sont très bien développés dans mes terres, ce qui m’a conforté et rassuré sur la faisabilité de mon projet. » En parallèle, il a suivi une formation en Alsace (région qui produit 95 % du houblon français) dispensée par une coopérative regroupant des producteurs de houblon. « Au-delà de la formation sur la culture du houblon, les visites chez les houblonniers étaient particulièrement instructives. Cela m’a permis de nouer des contacts en Alsace et d’acquérir du matériel spécifique à la culture à moindre coût. »

2 500 plants de houblon par hectare

Les lianes de houblon atteignent 7 m de hauteur lorsqu’elles sont à  maturité.
Les lianes de houblon atteignent 7 m de hauteur lorsqu’elles sont à maturité.

2 500 rhizomes de houblon de 10 variétés différentes ont été plantés dans la houblonnière de 1 ha. Dès le mois de mars prochain Romain Chemin va créer une houblonnière supplémentaire de 1,5 ha et dans laquelle il va planter encore 6 variétés supplémentaires. Au total, il a investi 150 000 € pour développer cette production et s’équiper en matériel spécifique.

« J’ai voulu planter une quinzaine de variétés différentes car chacune a ses spécificités, certaines donnent plus d’amertume d’autres jouent davantage sur l’arôme de la bière. Certaines sont très demandées par les brasseurs, d’ailleurs deux variétés occupent la moitié de ma houblonnière. J’ai sélectionné certaines variétés pour avoir des nouveautés à faire découvrir aux brasseurs. » Le houblon est certainement le dernier ingrédient qu’il manquait aux bières bretonnes pour être 100 % locales. Le houblonnier et sa connaissance de ses variétés vont permettre aux brasseurs de fabriquer des bières avec de fortes identités et beaucoup de caractère. 

Le montage de la houblonnière n’est pas une mince affaire
Après avoir participé au montage d’une houblonnière dans le nord de la France, le montage de la structure de sa houblonnière a pris plusieurs semaines à Romain Chemin. Il faut imaginer pour 1 ha, des poteaux de 33 cm diamètre et de 9 m de hauteur à planter en oblique aux 4 coins de la parcelle et à enfoncer de 1 m dans le sol. L’extérieur de la parcelle est ensuite encadré de 42 poteaux de 26 cm de diamètre disposés de la même façon. Enfin l’intérieur de la houblonnière est quadrillé par 75 poteaux médians enfoncés verticalement dans le sol à 1 m de profondeur. « Cette structure est reliée par 5 km de câbles entre les rangs et retenue par des ancres plantées dans le sol sur les extérieurs. Un câble barbelé est tendu en haut de chaque rang. C’est sur ce câble que sont fixés les fils tuteurs sur lesquels les lianes de houblon vont grimper chaque année pour atteindre 7 m de hauteur à la récolte. »

houblon-4

Une récolte de mi-août à mi-septembre

Romain Chemin a récolté début septembre les lianes de houblon qui se sont les plus développées. Mais cette production qui représente un peu moins de 100 kg de houblon frais est anecdotique. En rythme de croisière, vers la 3e année, la production doit monter à 1 tonne/ha en bio une fois séchée. Cette récolte en houblon frais est utilisée dans les 48 heures après récolte par des brasseurs locaux pour créer une bière de récolte. Les lianes de houblons sont coupées entre le 15 août et le 15 septembre. Elles sont ensuite passées dans une trieuse (sorte de moissonneuse-batteuse en fixe) pour séparer les cônes de la liane et des feuilles. Les cônes de houblon sont ensuite passés pendant 6 heures dans un séchoir à 60 °C pour pouvoir se conserver toute l’année. Ils seront ensuite conditionnés sous vide dans des paquets allant de 1 à 5 kg suivant la demande des brasseurs.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer