CulturesTop

Désherbage du maïs : des passages mécaniques entre les gouttes

Coup d’œil sur le maïs

Difficile d’adapter un désherbage mécanique au contexte météo de l’année. La pointe Bretagne fait toutefois office d’exception, avec de faibles pluies, qui contrastent avec les averses torrentielles de la région de Morlaix (29).

Le contexte météorologique de l’année ne laisse que peu de fenêtres à des passages d’outils pour un désherbage mécanique. « Les semis précoces pour la région (semis de début mai) ont pu être facilement désherbés. Il a ensuite été plus difficile d’intervenir sur les implantations de la mi-mai, même si le 1er passage a pu être réalisé. On peut toujours trouver des créneaux, à partir du moment où l’on enregistre deux après-midi consécutifs ensoleillés ou 36 heures de conditions sèches », note Morgan Maignan, technicien culture pour le Gab 29. Les faux semis ont très bien fonctionné en cultures bio, les dernières parcelles semées au 23 mai ont reçu un passage de houe ou de herse en début juin. « La herse est plus agressive, on peut la passer plus tard sur des adventices un peu plus développées ».

Du très sec sur la pointe

La pointe nord-finistérienne fait cas à part pour cette campagne du point de vue météorologique. « J’ai enregistré 20 mm de précipitation depuis le semis, au 17 mai. Sur des champs sur la commune de Lanildut (29), il n’est tombé que 5 mm », explique Jean Laot, agriculteur à Plouguin, lors d’une démonstration de désherbage mécanique organisée par la fédération des Cuma. La terre, archi-sèche, rend très efficace le passage d’outils. La Cuma de Saint-Ergat (29) a investi dans une roto-étrille, de chez Einböck. D’une largeur de 6 m, l’outil est composé « d’un pivot par bras, et d’un moyeu en polyuréthane sur lequel sont disposés des doigts d’un diamètre de 6,5 mm pour ne pas trop agresser la culture », résume Boris Moal, animateur à la FDCuma 29. Ce matériel doit être passé tôt dans la saison, les résultats les plus efficaces s’obtenant au stade filament des mauvaises herbes. « Si les adventices ont 3 ou 4 feuilles, il est trop tard ». La roto-étrille travaille sur toute la surface de passage, nettoyant ainsi le rang et l’inter-rang. Son coût de fonctionnement est estimé entre 15 et 20 €/ha. L’investissement de 16 000 € a été allégé par une subvention de 3 000 €.

1 km/h par feuille

Jean Laot précise que pour le calcul de la vitesse d’avancement du tracteur, il préconise une estimation simple. « Je me cale au stade de la culture, en roulant à 1 km/ h par feuille ». Ici, la parcelle en est au stade 5 feuilles, la vitesse est alors bloquée à un petit 5 km/h. L’agriculteur a réalisé un 1er passage de l’outil en prélevée. « J’ai semé à 7 ou 8 cm de profondeur pour éviter d’arracher les plantules et pour se mettre à l’abri des attaques d’oiseaux. Le maïs a levé en 5 jours », note Jean Laot. Auparavant, un labour réalisé avec soin, « à raison de 4 km/h, enfouit l’herbe (précédent de la culture) et évite les repousses ».

 les résultats sont moins efficaces à Plourin-lès-Morlaix (29), en conditions humides
les résultats sont moins efficaces à Plourin-lès-Morlaix (29), en conditions humides

Plus humide sur Morlaix

Le bassin morlaisien a essuyé de très fortes précipitations dans un laps de temps très réduit. Difficile alors de prévoir des interventions mécaniques sur les cultures. Sur la majorité des parcelles de l’exploitation, Thierry Quéré et Frank Kermarec, installés à Plourin-lès-Morlaix (29), ont établi une stratégie de désherbage passant par la pulvérisation d’une solution de prélevée (Camix). « Les champs sont ensuite roulés pour plus d’efficacité. Après 30 années d’utilisation de cette solution en prélevée avec de l’Isard, je me suis rendu compte qu’un rattrapage est nécessaire, à la même date que mes voisins qui interviennent en post-levée », observe Thierry Quéré. Les éleveurs ont donc fait le choix de tester la roto-étrille dans une parcelle d’essai, lundi dernier. Les résultats ne donnent pas entière satisfaction, mais s’expliquent par les conditions humides et le passage trop tardif.

pousse-mais

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer