Côtes d'ArmorÉlevage

Une formation pour améliorer l’usage du chien de troupeau à la ferme

Agriculture paysanne des Côtes d’Armor et l’association Border Collie 22 ont proposé un cycle de formations “chien de troupeau” adaptées à tous publics et à tous niveaux. Les éleveurs participants ont ainsi suivi les étapes pour améliorer l’usage du chien sur leur ferme. Retour sur la dernière journée.

«Nous avons proposé cette formation sur 4 jours, avec un principe de progression continue sur la période », explique Cédric Bernard, animateur à Agriculture paysanne 22, à Calanhel à l’occasion de la dernière journée. Une douzaine d’éleveurs et leurs chiens sont au rendez-vous pour écouter les dernières recommandations de Guy Martinon, président de l’association Border Collie 22 (ABC 22), avant de les mettre en pratique.

Le délai de trois semaines entre chaque session a permis aux participants de peaufiner les techniques appréhendées précédemment au champ en présence du formateur : le “stop”, le placement du chien “à midi”, c’est-à-dire derrière le troupeau à manipuler, mais également les directions gauche et droite afin de déplacer les animaux dans la direction voulue. Pour Guy Martinon, « dans ces journées, ce ne sont pas les chiens que l’on forme, mais les maîtres. Les Border Collie ont un instinct naturel issu de leurs ancêtres les loups. Dans une meute, il y a le chef, qui doit être l’éleveur, et les rabatteurs. C’est le rôle des chiens. On forme les éleveurs à être chef de meute en quelque sorte. »

Julien Le Dem, éleveur ovin dans le Trégor, est venu avec ses deux chiens. « Je possédais déjà un Border Collie qui représente aujourd’hui une aide dont je ne peux me passer. Par conséquent, j’ai opté pour un second chien afin d’assurer cette aide. » Pour lui qui doit guider ses précieux partenaires dans de petits enclos avec une dizaine de moutons, des fonctions simples comme le “stop” permettent déjà de simplifier la manipulation du troupeau en plaçant le chien à un endroit où les bêtes ne doivent pas passer. « Pratique lorsque je répare ou déplace mes clôtures », précise le jeune homme.

Le dressage, c’est “tout public”

Face à l’engouement et à la forte demande, Agriculture Paysanne devrait programmer des suites, avec notamment un événement sur une journée pour les débutants, appelé sans jugement « le chien de troupeau pour les nuls ». « Beaucoup de personnes pensent que le dressage est une pratique inaccessible, cette journée sera suivie d’autres formations cet automne avec la participation de Didier Fischer, président de l’association française Border Collie, qui apportera son expertise à un public déjà initié. »

Tenté par l’expérience ? Revivez en vidéo cette dernière journée avec des chiens au travail sur un troupeau de génisses.

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer