ÉlevageIlle-et-VilaineTop

Porc : un pesage express sur balance amovible

Peser des truies ou des charcutiers en mouvement, sans les bloquer dans une balance, est désormais possible. Le système offre un nouvel outil de pilotage à Pierre-Yves Louazel, éleveur à Breteil (35).

« La balance ne pèse que 40 kg. Je peux la déplacer partout dans l’élevage », se réjouit Pierre-Yves Louazel, à la tête d’un élevage naisseur engraisseur de 180 truies. Partout, c’est essentiellement du côté de la quarantaine, de la verraterie gestante et des salles de charcutiers. Les pesées étaient, jusqu’à récemment, un outil de pilotage des engraissements. L’éleveur pesait les portées à la naissance, au sevrage, à la fin de l’aliment 1er âge et à l’entrée en engraissement.

« J’ai cessé de prendre ces mesures en 2013 (à l’exception de la pesée des portées au sevrage) en raison de la charge de travail car je le faisais sur une balance fixe ». Désormais, il déplace sa nouvelle balance dans le couloir des salles d’engraissement et pèse ses charcutiers avant les départs. « Les porcs passent sur la plate-forme sans appréhension car ils ne sont pas enfermés. La mesure est rapide, le poids s’affiche sur un écran au moment du passage de l’animal ; je peux donc la renouveler aussi souvent que je le souhaite ». Un outil idéal pour viser le cœur de gamme…

Pierre-Yves Louazel : "J’aurai amorti cet investissement en quelques mois."
Pierre-Yves Louazel : “J’aurai amorti cet investissement en quelques mois.”

Les truies sur la balance

La balance déplaçable offre une nouvelle possibilité de suivi du troupeau de truies. « Auparavant, je ne pesais jamais les truies. J’ai constaté qu’elles prenaient de plus en plus de gabarit, pour une même alimentation. La plate-forme, que je place dans un couloir en sortie de verraterie, offre une solution simple et pratique pour connaître l’évolution de leur poids ». Les cochettes, de génétique Axiom, sont pesées en lot, sur bascule fixe, à leur arrivée en quarantaine où elles restent 9 semaines. Elles sont ensuite pesées individuellement, sur la nouvelle balance, à l’entrée en verraterie, au moment de l’insémination, à l’échographie et à l’entrée en maternité.

« Je rationne si nécessaire pour avoir un poids aux alentours de 160 kg en moyenne, à l’IA ». Les multipares passent également sur la balance pour piloter la conduite alimentaire. Il faut compter 1 heure pour une trentaine de truies (conduite en 5 bandes). À la sortie de maternité, où elles perdent en moyenne 60 kg pendant la lactation, elles sont allotées en fonction de leur poids. Sur l’élevage, plusieurs couloirs ont une largeur idéale pour le positionnement de la balance. « S’ils sont trop larges, des barres de guidage sont nécessaires pour éviter que les porcs ne marchent à côté du plateau ». L’éleveur ne mesure pas l’épaisseur de lard dorsal, « trop variable selon le point de contact ». Il apprécie les possibilités offertes par la nouvelle balance. « Je pense qu’en pesant les truies et les charcutiers, j’aurai amorti cet investissement en quelques mois ».

40 kg pour 2 m de longueur
Le produit est constitué d’une plate-forme de 2 mètres de longueur pour 70 cm de largeur (possibilité en 60 cm), disposée sur quatre pieds, qui jouent le rôle de capteurs, et d’un mât amovible, surmonté d’un écran qui fonctionne sur batterie (8 heures d’autonomie) et qui mémorise un ensemble de données sauvegardées sur clé USB. L’ensemble est équipé de poignées rétractables. L’équipement peut également être couplé à un détecteur de puce électronique pour faciliter les enregistrements.
Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer