Economie, marchés et gestionÉlevage

Des productions européennes différentes en lait bio

La Frab et les Gab ont organisé des débats axés sur la dynamique de la filière lait bio, en France comme à l’étranger.

Pour Yves Coadou, administrateur au Gab 29, il est impératif de « bien poser les cale-pieds pour éviter les dérapages. Tout le monde se pose des questions ». Cette introduction à une soirée-débat organisée par les réseaux Gab et la Frab montre une certaine prudence quant au développement de la production de lait biologique dans la région. « Pour gagner de la dynamique, il faut aussi garder de la rémunération », ajoute-t-il.

Exemple des voisins européens

Les disparités de production sont fortes au sein même de l’Union européenne. Ainsi, « 1,3 % de la production de lait belge est biologique, contre 15 % pour l’Autriche. La France, située au 5e rang du continent durant les années 2010 à 2012, s’est depuis hissée au second rang de la production européenne », chiffre Niels Bize, chargé de mission pour les filières animales bio à la Frab.

Chez nos voisins allemands, « le pays a connu une forte croissance de sa production jusqu’en 2002, puis une stagnation. La période 2012 à 2015, avec des prix bas en conventionnel, a poussé les conversions ». Des labels supplémentaires, comme le lait de foin, le lait de prairie ou le sans OGM font leur apparition. « Il faut être prudent de notre côté. La grande distribution s’est accaparée le bio, ils vont nous pousser vers un lait spécifique. À nous de déjà bien sécuriser notre cahier des charges », insiste Yves Coadou. Du côté de chez Biolait, on préfère « travailler sur la traçabilité alimentaire des vaches laitières, avec un choix de ne plus utiliser de concentrés à base de graines importées. On est attendu par le consommateur », pense Erwan Le Roux, producteur à Rosnoën et administrateur chez Biolait.

Le cahier des charges danois impose aux producteurs « un pâturage du 15 avril au 1er novembre, avec une obligation de sortir les vaches 6 heures par jour ». Cette contrainte fait réagir la salle : « Oui, mais sur quelle surface ? Les animaux pâturent-ils sur une surface égale à un timbre-poste ? ». Le petit pays scandinave affiche une SAU moyenne par exploitation de 200 ha, pour un troupeau moyen de 170 vaches laitières, produisant chacune 9 214 kg de lait par an… L’export est un marché important pour le Danemark, 50 % de la production (soit 250 millions de litres) approvisionne l’Allemagne ou encore la Chine sous forme de poudre de lait.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer