ÉlevageFinistère

Brest veut-il garder sa ferme bio ?

Un collectif s’apprête à organiser une occupation solidaire de terres destinées à devenir une zone artisanale, retirant au passage des surfaces actuellement valorisées par des producteurs de lait bio.

L’urbanisation des terres agricoles grignote toujours çà et là des hectares cultivables. Brest n’échappe pas à cette règle, comme en témoignent Valérie Lazennec et Philippe Nicol, producteurs de lait biologique sur cette ville. Sur la ferme, des surfaces ont été mises à disposition des producteurs par Brest, depuis plusieurs années. Les zones humides ont ainsi été entretenues par les producteurs, la biodiversité conservée.

Une ferme à plusieurs vocations

Aujourd’hui, le projet de création d’une zone artisanale rebat les cartes, retirant au passage 7 ha aux fermiers. « Nous sommes ici depuis 5 générations. On souhaite chasser une activité économique qui fonctionne, la nôtre, pour un projet qui n’est pas idéalement placé à Brest pour les futures entreprises ».
Les zones humides entourant l’exploitation font office de tampon en cas de pluie. « Une zone artisanale, fortement imperméabilisée, fera dévaler cette eau jusqu’au siège de la ferme », expliquent-ils. La prairie fleurie qui intéresse le projet a d’ailleurs été reconnue pour sa qualité, en recevant une récompense lors du concours primant les plus belles parcelles.

Ce qui dérange le plus le couple de Brestois, en plus d’une surface perdue et actuellement valorisée par les animaux pour la production d’un lait biologique, est aussi plus profond. « Nous accueillons les gens de la ville, pour montrer les vaches aux enfants, rééduquer au goût des produits agricoles. Ce bénévolat qui sensibilise les activités scolaires fait graviter beaucoup d’autres activités autour de la ferme. C’est aussi cela l’agriculture », pense l’éleveuse.

Fière d’être paysan brestois

La ferme de Traon Bihan, avec une production de 220 000 L de lait, dont 35 000 L transformés en divers produits laitiers distribués dans différents établissements comme des cantines, trace la voie vers une part de produits locaux plus importants dans la région. « L’objectif est d’être à 70 % de bio dans les écoles, nous ne sommes à présent qu’à 30 % ». Une incompréhension pour les 2 Finistériens, qui entrent pleinement dans cette démarche d’approvisionnement de denrées biologiques.

Occupation solidaire ce week-end
Le Groupement des agriculteurs biologiques du Finistère (Gab29), avec le soutien du Collectif « Citoyens pour le maintien de la ferme de Traon Bihan », organise ce week-end une mobilisation pour dénoncer la perte de terres agricoles au profit de l’urbanisation. Cette occupation solidaire, sur les parcelles menacées rue du Vern à Brest se tiendra les 2 et 3 décembre. À partir de 14 h le samedi : marché de producteurs bio, animations pour petits et grands, plantation d’arbres. À 17 h : prises de parole, spectacle en soirée. Le dimanche, diverses animations.
Renseignements : Gab 29, 02 98 25 80 33.
Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer