Découvertes

Le weekend à la ferme prend du galon !

Lancé en 2015 par le réseau « Bienvenue à la ferme », le site de vente en ligne « Terres de Bretagne » répond à une ambition claire : s’adapter aux nouvelles exigences touristiques en donnant une image moderne et tendance du séjour chez l’agriculteur.

Un accueil très chaleureux. Merci à Fabienne et à toute sa famille. Merci aussi à Guillaume pour la visite de la ferme et ses explications très professionnelles. Balade à vélo électrique à conseiller. Repas et petit déjeuner excellents. Merci pour tout ! Patrick. Un des messages laissé sur le site de « Terres de Bretagne », première agence touristique en ligne gérée par une association d’agriculteurs bretons. Déjà deux ans qu’elle est présente sur Internet et propose aux touristes amoureux de la région des séjours détente et loisirs qui ont tout pour séduire. À tel point qu’un premier retour sur expérience a déjà été présenté à d’autres Chambres d’agriculture par l’équipe qui a conduit le projet. Voici ce qu’elle a déjà pu en dire : « Tout a commencé en 2014, lors d’une réunion thématique sur l’hébergement proposée aux adhérents Bienvenue à la ferme, indique Mickaël Trémel chargé de développement au sein de l’association. À l’heure du bouleversement provoqué par Internet dans la manière de chercher et de réserver son lieu de vacances, l’activité accueil du réseau était en quête d’un second souffle.

Faiblesse de l’offre

« Notre analyse collective a fait ressortir deux éléments. D’une part : la faiblesse de notre offre ; de l’autre, l’attente des adhérents. La faiblesse était avant tout d’ordre technique, due en grande partie à la montée en puissance des plates-formes de réservation comme « AirBnB ou Booking.com ».
Désormais incontournables, au même titre que les acteurs historiques du secteur (Gîtes de France – clévacances…), ces sites génèrent de l’activité, mais sont gourmands en commissions et imposent des contraintes de plus en plus restrictives. Par exemple, toute réservation se doit d’être honorée. Si, par mégarde, un calendrier n’a pas été mis à jour et qu’un hébergement n’est plus libre, le loueur est tenu d’en trouver un autre équivalent, voire plus confortable à son client…La différence tarifaire restant à sa charge !

« De plus, poursuit-il, face à ces mastodontes, les sites de certains adhérents devenaient obsolètes et ne supportaient plus la comparaison ». Internet exerce une telle pression qu’il faut en permanence adapter la communication et le système de réservation.
« L’attente des adhérents, elle, se concentrait sur un point : comment mieux valoriser l’accueil ? Quand l’habitude de louer sans trop d’effort s’installe, on peut finir par oublier ce qui fait sa propre force : son identité. Faire venir un touriste à la ferme, c’est aussi lui permettre de rencontrer des agriculteurs prêts à partager leur savoir être et leur savoir-faire ». Mais en avoir l’envie ne suffit pas, il faut aussi le « faire savoir ». Mettre en avant ce capital humain que la dématérialisation croissante des échanges rend chaque jour plus précieux. Se le réapproprier, c’est ajouter sur sa carte de visite un certain « art de vivre », y compris hors-saison, quand les calendriers de réservation peinent à se remplir.

Mireille Rault a le sourire (à droite sur la photo). Elle est venue participer à une séance d’aquagym avec Marie Samson de Natation Cap Mer (à gauche). L’agricultrice lui fait régulièrement appel pour pouvoir proposer à ses hôtes un séjour « forme et bien être » au Cap Fréhel.  C’est en se donnant les moyens juridiques de travailler avec des prestataires extérieurs que Terres de Bretagne a mis au point des séjours à la ferme haut de gamme, tant par la qualité de l’accueil que la richesse des activités proposées.
Mireille Rault a le sourire (à droite sur la photo). Elle est venue participer à une séance d’aquagym avec Marie Samson de Natation Cap Mer (à gauche). L’agricultrice lui fait régulièrement appel pour pouvoir proposer à ses hôtes un séjour « forme et bien être » au Cap Fréhel. C’est en se donnant les moyens juridiques de travailler avec des prestataires extérieurs que Terres de Bretagne a mis au point des séjours à la ferme haut de gamme, tant par la qualité de l’accueil que la richesse des activités proposées.

Valoriser le temps partagé

Voilà pour l’état des lieux. Ne restait plus qu’à se mettre au travail. Soucieux d’affiner les choses et de trouver de nouvelles pistes, l’équipe de Bienvenue à la ferme confie à Hélène Le Berre, étudiante en master tourisme, le soin de mener une enquête de terrain. Résultat : elle suggère à l’association de créer une agence de voyages en ligne capable de vendre à la fois les prestations des adhérents, mais aussi celles de partenaires extérieurs : masseurs, cuisiniers, artistes… L’idée est la suivante : utiliser le vivier existant pour développer une offre de séjours courts sélectionnés pour la qualité de l’accueil et des animations proposées.

Fin 2014, la décision de lancer le portail de réservation est prise. Le projet se fera en interne et chacun se répartit le travail. Didier Mahé, responsable des circuits courts à la chambre régionale, se penche sur les statuts juridiques de la future agence. Karen Macé, animatrice du réseau, se charge de répertorier et d’affiner l’offre des séjours auprès des adhérents. Un temps d’écoute et d’échange pour identifier ce qui fait la richesse de l’accueil. Par exemple, des crêpes maison servies au petit-déjeuner, peuvent très bien faire l’objet d’un atelier cuisine inclus au séjour… Ainsi, le temps partagé avec les hôtes prend une toute autre valeur, pouvant même s’intégrer à la prestation.

« Pour ma part, ajoute Mickaël Trémel, je me suis occupé de la conception Internet et de la communication. J’avais déjà travaillé à la refonte de plusieurs sites d’adhérents avec pour objectif de les rendre plus autonomes sur la gestion des contenus. Cette fois, on leur a juste demandé de nous fournir photos, tarifs et idées de séjours. À nous d’imaginer une mise en page et de rédiger les annonces pour assurer la cohérence éditoriale de l’ensemble. Bien entendu, il a parfois fallu réajuster, mais toujours en accord avec l’adhérent concerné ».

Un savoureux petit-déjeuner avec crêpes, confitures « maison » et beurre fermier acheté au producteur du coin. Autant de savoir faire qui, au même titre qu’une randonnée découverte accompagnée d’un panier pique-nique, ajoutent un plus et du sens aux offres de séjours.
Un savoureux petit-déjeuner avec crêpes, confitures « maison » et beurre fermier acheté au producteur du coin. Autant de savoir faire qui, au même titre qu’une randonnée découverte accompagnée d’un panier pique-nique, ajoutent un plus et du sens aux offres de séjours.

Ça donne envie

Février 2015, les premiers séjours sont mis en ligne. Mickaël Trémel a signé l’identité graphique de « Terres de Bretagne ». La présentation est aérée, pratique, bien pensée et illustrée de belles photos. En un mot : ça donne envie. « On ne s’y connecte pas pour louer un simple gîte rural qui, accessoirement, appartient à des agriculteurs, mais pour réserver en ligne une aventure faite de surprises et de rencontres avec, en prime, la certitude que la qualité de l’accueil fera partie intégrante de ce qu’on en retiendra ». Découverte sportive en bord de mer ; modelage et spa à deux ; vélo électrique le long du canal de Nantes à Brest ; ma famille au rythme de l’âne ; à vos Biligs – 1,2,3 tournez : les internautes n’ont plus qu’à choisir, puis réserver.

Alors, l’aventure vous tente ? Quelques clics et vous y êtes ! Terres de Bretagne : www.terres-de-bretagne.fr // Mickaël Trémel – 02 96 79 22 25

Pierre-Yves Jouyaux

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer